Ciné/Séries

Death comes to Pemberley : un crime chez les Darcy

Comme toute bonne fan de Jane Austen, je dévore les romans « suite », écrits par des auteurs contemporains qui s’amusent à inventer une suite et une vie aux personnages emblématiques des romans de Jane Austen. Je n’ai donc pas échapper à Death comes to Pemberley, de la romancière P.D James. Cette dernière a imaginé la vie d’Elizabeth et Darcy, 6 ans après leur mariage. Si le bonheur règne à Pemberley, la somptueuse demeure des Darcy, l’auteure confronte les deux époux à un crime horrible perpétré dans les bois de la maison.

Jane Austen à la sauce Agatha Christie, voilà un savant mélange qui a naturellement intéressé la BBC pour une adaptation TV.

C’est donc en trois épisodes que notre héroïne fétiche et son époux vont devoir élucider ce meurtre et éloigner le scandale qui rôde autour de leur famille.

Cette adaptation est pour moi une véritable réussite. On y retrouve l’ambiance des romans de Jane Austen, grâce au don naturel des anglais pour les séries en costumes, et l’intrigue policière est drôlement bien menée, même si l’histoire en elle-même n’a rien de révolutionnaire.

Les personnages

Lizzie, songeuse

Lizzie, songeuse

Comme toujours dans une série, je m’attache d’abord aux personnages. Elizabeth est l’un des personnages de roman que je préfère. Habituée à la voir incarnée à l’écran par Jennifer Ehle (dans l’adaptation d’Orgueil et Préjugés de 1995), je redoutais un peu le choix de Anna Maxwell Martin. J’avais tort. Elle est tout simplement magnifique dans le rôle de Lizzie. Sa grâce, son allure, son côté pétillant ressortent beaucoup dans son interprétation et je suis heureuse de retrouver le caractère taquin,déterminé, féministe et indépendant d’Elizabeth. L’intrigue est principalement montrée de son point de vue et j’ai aimé partager ses doutes et ses peurs au cours de ces trois épisodes.

Sexy Darcy

Sexy Darcy

Pas facile de passer derrière Colin Firth pour incarner le distant, énigmatique mais néanmoins sexy Mr Darcy. Matthew Rhys relève le défi avec brio. Mystérieux, amoureux mais parfois sévère, son Monsieur Darcy est envahi de doutes mais fait face aux épreuves avec élégance et courage. Un vrai héros romantique comme je les aime. Pas de chemise mouillée avec Matthew mais des scènes tendres et passionnées en perspective !

George a encore des ennuis

George a encore des ennuis

Autre personnage important de l’intrigue : George Wickham. Matthew Goode enfile parfaitement l’uniforme du beau-frère détestable, arrogant et irresponsable. Wickham est le salaud qu’on aime détester mais qu’on ne peut s’empêcher de plaindre. Accusé de crime, notre George va devoir une nouvelle fois compter sur son ennemi juré, Darcy. Dans le rôle de sa femme Lydia, on retrouve Jenna Colemann, qui délaisse le Docteur pour un mari sexy et volage. Insupportable et capricieuse, Jenna incarne une parfaite Lydia.

fitzwilliam

Un petit air de David Tennant ? Un tout petit ?

 

Tom Ward, qui a un air de loin de David Tennant (gniiiiiii), est également parfait dans le rôle du Colonel Fitzwilliam, le cousin de Darcy. C’est le personnage qui nous réserve le plus de surprises.Voilà pour les personnages principaux. Dans l’ensemble le casting est plutôt réussi et les acteurs crédibles dans des rôles pourtant pas évident tant ils sont ancrés dans l’imaginaire collectif.L’intrigue

Comme je l’ai dit précédemment, l’intrigue se situe 6 ans après la fin du roman Orgueil et Préjugés. Lizzie et son Darcy sont mariés et les heureux parents d’un petit Fitzwilliam (comme c’est original). Bref ils sont heureux. Lizzie reçoit régulièrement la visite de son père et de sa bien aimée sœur Jane. Tout va donc pour le mieux dans le meilleur des mondes.

Mais voilà, à la veille du grand bal annuel de Pemberley, qui vient une nouvelle fois semer la zizanie ? Notre bon vieux George Wickham. Ce dernier se pointe avec son insupportable femme, Lydia, sans être invité. Pire, ce dernier se retrouve accusé d’un meurtre de sang froid commis dans les bois de Pemberley. George est donc une nouvelle fois empêtré dans les problèmes, mais sa chute risque cette fois de faire bien du tort à Darcy, son beau-frère.

Tout ce petit monde se met à enquêter et la tension est palpable à Pemberley. Les vieilles rancœurs refont surface et Darcy et Lizzie doivent traverser leur première crise de couple, ce qui les rend extrêmement sympathiques et les humanise drôlement.

Bref le suspens est là, l’enquête se déroule dans un univers fermé, le coupable est forcément dans les parages. Si l’enquête et l’intrigue ne révolutionnent pas le genre, les rebondissements nous tiennent en haleine jusqu’au dénouement.

Cette mini-série ravira j’en suis sûre les fans de Jane Austen et de séries d’époque. Et puis, rien que pour voir les Darcy s’embrasser passionnément devant Pemberley, ça vaut le détour.

C'est trop mignon

C’est trop mignon

 

Article précédent Article suivant

Vous devriez aimer...

Pas de commentaires

Donnez votre avis