City break, Voyages

En mode Skyfall dans les Highlands

Ce matin, debout 6h30. Nous avons rendez-vous à 7h50 sur High Street devant l’agence Rabbie’s, avec laquelle nous avons réservé un tour dans les Highlands.
En effet, 3 jours c’est très court et je ne me sentais pas de louer une voiture, rouler sous la pluie sur des routes escarpées sur 500 kilomètres.
Nous prenons donc place dans notre confortable bus de 16 places. La moitié des passagers sont Français, les autres sont Australiens et une jeune Polonaise complète le lot. Notre chauffeur guide est une vraie mine d’informations. Une encyclopédie vivante. Légendes, histoires d’Ecosse, d’Europe, littérature, cinéma, musique…ce sympathique rouquin est incollable sur bien des sujets.
C’est donc sous le soleil que nous prenons la route. Nous sortons d’Edimbourg en direction du Nord Ouest. Nous passons pas Linlitgow Palace, lieu de naissance de la reine d’Ecosse Marie. Plus loin, nous apercevons de la route le Wallace Monument érigé en l’honneur de William Wallace (bon tous les cinéphiles qui ont vu le Braveheart de Mel Gibson ont une vague idée de qui était ce fameux Wallace).
Vers 9h30, nous nous arrêtons pour une première pause café à Callander. Nous en profitons pour nous dégourdir les jambes et faire quelques photos.
Nous repartons en direction de la frontière des Highlands. Les paysages changent déjà. Nous quittons les prairies ondulées pour la forêt, la montagne et surtout la lande. Nous contournons un groupe de collines appelées Breadalbane, qui appartenaient autrefois au clan Campbell (oui comme le Whisky bande d’alcooliques) !
Les paysages sont incroyables. Nous pénétrons ensuite dans Rannoch Moor. Bruyères, rochers et cimes enneigées composent le paysage. Dans cette région, pas âme qui vive. D’après notre guide, même les moutons sont absents de cette région très rude. Ces terres sauvages sont enivrantes et on ne se lasse pas d’admirer la vue. Nous faisons plusieurs arrêts avec des points vue incroyables pour prendre quelques photos. La neige qui recouvre le sommet des montagnes se fait bien sentir. Le vent est glacé, ce qui rajoute un certain charme à l’endroit (enfin ça c’est mon impression hein).
Nous arrivons enfin dans la vallée la plus célèbre d’Ecosse, Glencoe. Les cinéphiles reconnaîtrons immédiatement ce paysage. Daniel Craig et Judi Dench ont en effet tourné la scène d’arrivée en Aston Martin DB5 dans le manoir Skyfall Lodge dans les dernières aventures cinématographiques de James Bond à cet endroit. Mais Glencoe est surtout connue pour son triste massacre en 1689. C’est ici que le clan des MacDonalds fut anéanti par le neveu du roi Jacques VII.
A Glencoe, nous sommes surpris de découvrir en regardant les montagnes des stations de ski !
Nous continuons notre chemin et passons sous la montagne la plus haute de Grande-Bretagne, Ben Nevis. Nous traversons ensuite Fort William avant de faire notre pause déjeuner à Fort Augustus, sur la rive gauche du Loch Ness. Alors petit cours de prononciation : Loch se prononce Lor en écossais. Si le Loche Ness est connu dans le monde entier grâce à sa créature, Nessie, nous avons aperçu de très nombreux Loch, tout aussi magnifiques, le long de notre parcours.
Les autres membres du groupe prennent d’assaut les restaurant du village alors que Chris et moi, faute de budget, nous dirigeons vers un take away qui nous sert un excellent fish & chips, que nous dégustons dehors. La pluie commence à pointer le bout de son nez et nous nous réfugions dans le petit supermarché en attendant de pouvoir rejoindre notre bus. Au passage, nous admirons les écluses du canal Calédonien.

Il est temps de faire la route vers Edimbourg. Au menu, plusieurs escales dans des lieux magnifiques : forêts, cascades, villages atypiques…et notre inépuisable guide qui n’est décidément pas fatigué, contrairement à nous.
C’est vers 19h30 que nous rejoignons la ville. Très fatigués, nous passons par Subway pour nous prendre un sandwich que nous dégustons dans l’appartement. Nous préparons nos sacs pour le départ du lendemain.
Lundi matin, nous sortons vers 9h00. Direction notre petit coffee shop d’High Street pour un bon petit déjeuner. Nous marchons ensuite jusqu’au Scott monument. Il a été édifié en l’honneur de Sir Walter Scott, grand écrivain né dans la ville.
Et surprise, une cérémonie s’y tenait. En effet, les anciens vétérans fêtaient un peu en avance le Jour du Souvenir, ou Poppy Day. Aussi connu comme jour de l’Armistice, c’est une journée de commémoration annuelle observée en Europe et dans les pays du Commonwealth pour commémorer les sacrifices de la Première Guerre mondiale ainsi que d’autres guerres. Un orchestre était donc présent et tous les militaires et habitants portent fièrement pendant le mois de novembre un coquelicot en papier du côté gauche. Dans les pays du Commonwealth, le coquelicot est un symbole associé à la mémoire de ceux qui sont morts à la guerre. Le jour du Souvenir y est l’occasion de ventes de coquelicots en papier au bénéfice des anciens combattants. C’est l’année dernière, lors de ma journée à Londres mi-novembre, que j’ai eu connaissance de cette tradition du coquelicot.

Nous restons un petit moment, avant de prendre la navette pour l’aéroport. C’est donc là que s’achève notre séjour à Edimbourg.
 
Bilan

Points +
 –
La ville et son architecture
– De nombreuses choses à voir et visiter
– Le tour 1 journée dans les Highlands, très pratique lorsqu’on ne veut pas conduire
– Le logement en plein centre ville
– L’ambiance de la ville
– Les légendes et histoires de fantômes

Points –
– Comme dans toutes les ville d’Europe, la vie est chère (trop chère). Prévoir un bon budget
– La durée. Pour apprécier toutes les merveilles d’Edimbourg, 2 ou 3 jours complets sur place son nécessaires

Article précédent Article suivant

Vous devriez aimer...

Pas de commentaires

Donnez votre avis