Ciné/Séries

Ianto Jones et John Watson : de nombreux points communs

Une chose m’a frappé dans le personnage de Dr Watson joué par Martin Freeman dans la série de la BBC Sherlock, c’est la ressemblance avec Ianto Jones, l’un des protagonistes de la série Torchwwod. Laissez-moi vous exposer ma pensée.

Ianto est l’homme à tout faire de Torchwood. Le petit gars tranquille, (à priori) sans histoire. Les autres membres du groupe peuvent compter sur lui, il est un élément rassurant, discret, à l’écoute.

Mais voilà, Ianto cache bien des secrets. Alors que personne ne fait attention à lui, il décide de sauver sa compagne, Lisa, transformée en cyber-woman. Son imprudence va mettre la vie de ses collègues en danger, mais surtout révéler ses failles et ses blessures. Car oui, Ianto est un homme brisé. Jack, le boss de Torchwood, voit enfin le vrai visage du jeune homme qu’il a engagé. La fragilité de Ianto le touche et les deux hommes vont se rapprocher.

Il est intéressant au cours des 3 saison de Torchwood de voir l’évolution de ce personnage. Le jeune gars timide va commencer à s’imposer et faire partie intégrante de l’équipe. Il va participer aux enquêtes et se mettre en danger sur le terrain, toujours sous le regard bienveillant de Jack. Leur relation va s’intensifier, et ils vont devenir amants. Ianto admire Jack. Pour lui, il représente la sécurité, le danger, le mystère, la beauté et bien d’autres choses. cet homme va le faire évoluer et exister. Ianto avouera d’ailleurs à sa sœur qu’il n’est pas intéressé par les hommes, » seulement lui »… Une phrase qui en dit long.

Un schéma que l’on retrouve donc dans le « couple » Watson/Holmes. De retour de la guerre, le Docteur Watson est un homme vide, éteint, sans but ni projet. Sa rencontre avec le mystérieux Sherlock Holmes va mettre du piment dans sa vie. Dès le début, John n’a pas peur de manifester son admiration pour le détective. Sherlock l’entraîne avec lui dans ses aventures et un lien très fort va se créer entre eux. Si Sherlock cache très bien ses sentiments, ceux de Watson se lisent comme dans un livre ouvert.

Moffat et Gatiss, les scénaristes de la série, jouent parfaitement bien sur le côté ambigüe de leur relation., laissant libre court à l’imagination des shippeurs (dont moi je dois bien l’avouer)… Soudés, les deux amis traversent les épreuves ensemble et se disputent comme un vieux petit couple (cf l’épisode The Hounds of Baskerville).

Pour conclure ma théorie sur la ressemblance, je ne dirais que ceci : qui n’a jamais eu envie de faire un gros câlinou à Ianto ou à John ? Non sérieux, vous avez vu leur bouille ?

Article précédent Article suivant

Vous devriez aimer...

Pas de commentaires

Donnez votre avis