Sorties/Culture

Pourquoi j’ai apprécié ma première corrida

Le week-end dernier, Nîmes vivait au rythme de la feria. Des milliers de personnes ont en effet envahi la ville pour faire la fête. Au milieu de ce flot de touristes, les aficionados affluaient massivement vers les imposantes et magnifiques arènes de la ville. Ce joyau de la romanité se dresse fièrement sous le soleil de mai, prêt à accueillir en son sein un spectacle aimé, protégé et défendu des Nîmois : la corrida.

Et cette année, je n’y échappe pas. Je n’ai jamais assisté à une feria et encore moins à une corrida. Je n’en ai jamais eu l’occasion, ni l’envie. Je ne connais absolument rien à la tauromachie et mon entourage non plus. Ni pour, ni contre, je n’avais aucun avis dessus. Mais comme j’adore découvrir et expérimenter, j’ai sauté sur l’occasion lorsque mon amoureux, Nîmois d’origine et aficionado depuis sa tendre enfance, m’a proposé de m’y emmener.

Quelques semaines avant la feria, il m’a parlé de corrida. Aujourd’hui, matador, muleta, banderillas… n’ont plus de secrets pour moi. Pendant des semaines, il m’a expliqué les règles, les enjeux, le déroulement…toujours avec passion et respect. Respect pour cet art, respect pour ses acteurs et respect pour mes sentiments. Car avant d’assister « en vrai » à une corrida, on ne peut pas prédire ce que l’on va ressentir.

2 corridas sinon rien

arenes-de-nimes-corrida-feria-2015

Les arènes de Nîmes

 

Le choix de la première corrida est à mon avis important. Mon homme a décidé de me faire découvrir d’abord une corrida classique, à pieds, avec 3 matadors de talent, puis une corrida à cheval, afin que je puisse me faire une idée globale.

Si les récits d’A m’ont été d’une grande aide avant ma grande première, de mon côté, je me suis également documentée : origines, folklore, élevage des taureaux, costumes, formation du matador…j’ai beaucoup lu (un peu en secret), avant mon arrivée à Nîmes.

Samedi matin, nous avons réservé nos places : dans les tribunes pour la corrida à pieds du samedi après-midi, et en amphithéâtre pour la corrida à cheval du lundi matin.

Avant d’assister au spectacle, nous avons pris la direction du musée d’art taurin de la ville (http://www.nimes.fr/index.php?id=2453). Gratuit et en accès libre pendant la feria, ce musée est une véritable pépite qui nous met directement dans l’ambiance : costumes de lumière, capes de paseo magnifiques, matadors stars…les grands moments de la tauromachie sont expliqués aux visiteurs.

Mais trêve de blablas, il est déjà l’heure de nous diriger vers le monument historique. C’est donc excitée, curieuse, tremblante, fascinée…que je pénètre dans les gradins, où avant moi, des millions de personnes ont assisté à des événements à travers les âges. Ce monument en lui seul dégage une telle attractivité, que l’on a l’impression d’assister à un moment historique.

3 heures d’émotions intenses

paseo-corrida-nimes

La corrida démarre avec le paseo

 

Il est 18h, les arènes sont remplies d’une foule en délire. Le vent est là, puissant. La musique retentit, il est l’heure pour les 3 matadors de faire leur entrée sur la piste, accompagnés de leurs cuadrillas.

Acclamés comme de véritables rock stars, ils ont fière allure dans leur habit de lumière qui scintille sous le soleil. Après un salut plein de respect à la présidence, la musique annonce l’entrée du premier taureau.

Alors je ne vais évidement pas vous parler des règles et du déroulement d’une corrida mais je vais m’attarder sur mon ressenti.

Alors que le premier taureau arrive timidement sur la piste, le public se calme et, comme le torero, étudie les mouvements, la force et le caractère de ce premier taureau majestueux.

C’est donc avec fascination que je regarde les étapes se dérouler sous mes yeux. Le vent empêche le matador d’effectuer ses mouvements comme il le souhaite et tout le monde semble perturbé. Cet affrontement ne sera pas facile. Le matador, qui a un style très sportif, tente malgré tout de régaler son public avec des gestes et figures techniques spectaculaires. Le picador entre en scène, avec son cheval aux allures de combattant médiéval, et plante la première pique. Le sang jaillit, et le rouge vif contraste avec la robe noire du taureau. Le matador pique lui-même les banderilles dans un geste technique parfait.

Et alors que taureau et matador s’affrontent depuis une dizaine de minutes déjà, voilà le moment tant redouté. On y est, le maestro change d’épée et dans les arènes règne un silence quasi absolu. Et croyez-moi, environ 13 000 spectateurs qui se taisent et retiennent leur respiration dans une sorte d’unité, c’est très impressionnant. Pendant tout le temps de la mise à mort, un silence accompagne les gestes du matador. Et puis, lorsque le taureau s’effondre lourdement sur la piste, c’est l’explosion ! Le public se lève, applaudit et salue le courage de l’homme et de l’animal.

Car oui, dans une arène, pendant les 2 corridas auxquelles j’ai eu la chance d’assister, l’animal est respecté. On salue sa bravoure, on célèbre sa mort héroïque en silence et on admire son courage. Non, pendant ces deux corridas, je n’étais pas entouré de psychopathes assoiffés de sang. Non, je n’étais pas entourée de sadiques jouissant de la mort des ces animaux. Oui, moi aussi j’ai hurlé, applaudit et retenu mon souffle. Oui j’ai apprécié ce que j’ai vu et oui, je retournerai avec plaisir assister à une corrida.

Pourquoi moi aussi je suis devenue une aficionada

jose-maria-manzanares-corrida-nimes

Le (magnifique) matador José Maria Manzanares

 

Après cette première expérience, je peux le dire : oui je suis convertie à la corrida et oui, je pense qu’il faut la défendre.

Je comprends que la mise à mort d’un animal puisse choquer, révulser… Mais à tous ceux qui critiquent cet art j’ai envie de leur dire : allez aux arènes, assistez au spectacle, parlez aux passionnés, lisez, informez-vous, allez voir les taureaux dans les élevages et là, vous comprendrez.

Après cette première expérience je peux le confirmer : oui, la corrida est un art. Allez admirer le magnifique JM Manzanares et sa grâce infinie, soutenez la belle Léa Vincens qui virevolte sur son cheval et affronte un monstre de puissance de 550kgs, applaudissez le courage de El Fandi qui, à genoux, défie son taureau.

Et surtout, contemplez la force d’un animal élevé pour la corrida. Applaudissez et reconnaissez sa bravoure dans l’arène, admirez sa beauté et sa puissance… Car sans taureau, il n’y a pas de corrida.

J’ai eu la chance, lors de la corrida à cheval du lundi matin, de voir Diego Ventura affronter un magnifique taureau. Brave et courageux, l’animal a lutté, a dansé et est mort en véritable héros. Le public s’est levé à l’unisson pour l’applaudir, le président a agité son mouchoir bleu et a ainsi autorisé à cet animal courageux une vuelta (un tour de piste posthume) afin que le public lui rende l’hommage qu’il mérite. Le matador, tout le temps du tour de piste, n’a cessé d’applaudir lui aussi son adversaire d’un jour et l’a même embrassé. J’ai trouvé ce moment d’une telle puissance émotionnelle que les larmes n’étaient vraiment pas loin.

Ces corridas m’ont apporté énormément d’émotions. Pendant les 3 heures que dure l’événement, je suis passée d’un état à un autre, complètement ivre et bouleversée par ce spectacle.

Une chose est sûre aujourd’hui, j’ai hâte d’être à l’année prochaine…

Le débat est ouvert dans les commentaires, tant qu’il se fait dans le respect des opinions des uns et des autres.

MàJ dimanche 31 mai 2015 : j’ai laissé tout le monde s’exprimer suite à ce post, mais les insultes et les messages sans fondements ont pris le pas sur le respect et l’échange. Je décide donc de suspendre les commentaires sur ce article. Merci de votre compréhension. 

Article précédent Article suivant

Vous devriez aimer...

87 commentaires

  • Reply espelosin 27 mai 2015 at 23 h 49 min

    vous avez raison ,je suis un aficionado de longue date et toujours j’encourage a lire connaître se renseigner découvrir avant de juger d’aimer ou de ne pas aimer et cela vaut pour tout littérature musique théâtre
    je suis de dax la féria c’est autour du 15 aout et j’irez aussi aux arènes Parlons expliquons c’est je crois la seule solution

  • Reply Les Jeunes Aficionados Nîmois 28 mai 2015 at 8 h 38 min

    Vos ecrits nous ont donné des frissons!
    Ce que vous avez décrit, tous les jeunes aficionados que nous sommes avons déjà ressenti cela.
    C’est là le mystère de la Tauromachie, cette manière indescriptible de passer par tous les sentiments et états. Un art éphémere autant qu’un combat, où se déroule une allégorie de notre existence, le lutte entre la vie et la mort.
    Merci pour votre article !

  • Reply Vincent 28 mai 2015 at 9 h 40 min

    Donc si on jouait à un jeu?

    Je propose de me déguiser en poupée et de vous jeter dans l’arène. Je prendrais le rôle du torero et vous du taureau.

    Je me demande si là, vous aimeriez autant.

    Ne fait pas aux autres ce que tu n’aimerais pas que l’on te fasse.
    Vous devriez vous imbibez de ce dicton!

    Le monde est fait de cruauté et de méchanceté et vous, afiotes, vous en êtes en grande parti responsable.

    C’est a cause de personne comme vous, vampires sans coeur, qui aimez vous prélasser devant le souffrance que le monde est fait de méchanceté!!

    • Reply Hugo 28 mai 2015 at 11 h 22 min

      Vincent, regardez – vous les Coupes du Monde de football ? Mangez – vous de temps en temps à McDonald’s ? Mangez – vous parfois des produits comme du Nutella, ou de la marque Nestlé par exemple ? Portez – vous du made in China ? Mettez – vous de l’essence dans votre voiture régulièrement ?
      Si oui, je peux alors dire que c’est à cause de personne comme vous, que le monde est fait de méchanceté, car vous aussi, vous profitez du malheur des autres.

      • Reply Maxime 28 mai 2015 at 12 h 13 min

        Pour répondre selon mon cas.
        Tout est non donc j’ai droit de vous critiquer.
        Qd je lis qu’elle a aimé voir le sang jaillir, désolé mais permettez moi de douter de votre humanité.
        Aussi bien qu’est écrit cette article je ne peux m’empêcher à la souffrance infligée juste par plaisir.
        L’art à des limites sinon je peux vous trancher la gorge et énoncé ça comme de l’art et que j’ai voulu montrer la violence de cette société qui tourne pas rond.

        Après je veux bien croire que l’ambiance doit être forte car toute cette énergie réuni donne bcp de force. Mais merde mettez ça dans le bien de l’humanité et non dans la violence. Ou allez voir un match de foot. C’est pareil. Sans meurtre.

        Moi qui aime les animaux au point de ne plus les manger, je pige pas cette passion. Mais je sais que cette barrière de la compréhension est dur aussi dans l’autre sens. D’où la difficulté de vous faire prendre conscience de cette aberrations à notre époque.
        Ou autant refaire les combats de gladiateurs. C’etait aussi une coutume.

        Bref je vous souhaites de retrouver la lumière ou de la trouver tout simplement afin de voir plus largement ce monde.

        • Reply LO TAURE ROGE 28 mai 2015 at 22 h 42 min

          Comme nous sommes dans un pays démocratique personne n’est obligé d’aimer la corrida, mais il n’appartient pas non plus à une majorité (si elle existe) de l’interdire… Les minorité ET LES DIVERSITÉS culturelles doivent être respectées dès l’instant où ELLES NE PORTENT PAS ATTEINTE AUX DROITS de l’Enfant, de la Femme et de l’Homme !

          Et puis, ne parlez pas de souffrance pour un animal, celle-ci étant un état découlant d’une situation nécessitant une interpré­tation ; parlons de douleur, sensation ame­nant une réaction… http://www.torofstf.com/forummarcroumengou.htm#douleur
          Des études ont été faites par le labora­toire de physiologie animale de l’Uni­versité de Madrid par le professeur. J C Illera, études sur les tau­reaux et les no­villos, par la mesure des bêta-endor­phines produites par le toro bravo (10 fois plus que l’homme). Ce sont des opiacés, sécrétées par l’hypophyse et l’hypothalamus chez les vertébrés lors d’activité physique intense, d’excitation, de douleur… Découvertes dans les an­nées 1970, les endorphines (de mor­phine et endo­gène) sont des neurotrans­metteurs agis­sant sur les récepteurs opiacés et ont une capacité analgé­sique. On les trouve entre autres dans le cer­veau et la moelle épinière ainsi que dans le sys­tème digestif ; c’est en fait une hormone chargée de blo­quer les ré­cepteurs de douleur (noci­cepteurs), à l’en­droit où celle-ci se pro­duit…
          Dans une action d’extrême violence, notamment au combat, des militaires « motivés », grièvement blessés conti­nuent avec acharnement à combattre et après l’action, constatant leurs bles­sures, retrouvent douleur et souffrance. Il en de même pour les matadors, griè­vement blessés, qui continuent à toréer… Les bêta-endorphines jouent alors leur rôle sur les noci-recepteurs pour faire oublier la douleur.
          http://www.torofstf.com/infos2009/090511douleurillera.html

      • Reply ken 28 mai 2015 at 20 h 08 min

        Et non il y a des gens qui ne regarde pas de foot, qui ne mange pas de cadavres, qui ne portent pas de cuir. En bref ils y a des humains respectables et d’autres qui ne manqueraient pas à la terre si ils disparaissaient.
        De plus si les matador n’avaient qu’une once de courage il feraient de l’ultimat figthing ou autre combat libre plutôt que leurs ignoble activité ou ils ne craignent pas grand chose.
        En ce qui concerne les spectateurs vous êtes vraiment méprisables.

      • Reply Moult 29 mai 2015 at 18 h 46 min

        et donc?
        est-il imaginable qu’effectivement des personnes limitent au maximum leur impact sur le monde?
        non?
        ah….
        Parce que pourtant, la majorité des anti-corrida sont végés, se vêtent éthique, fabriquent leurs cosmétiques etc.
        C’est mon cas.

    • Reply wolfs 28 mai 2015 at 21 h 07 min

      Bien dit Vincent!

  • Reply christiane B. 28 mai 2015 at 9 h 58 min

    Voilà une manière respectueuse et intelligente de parler « corrida ». c ‘est très important de se renseigner avant d’aller aux Arènes… Eh oui !!! les personnes qui vont aux Corridas, aiment aussi les taureaux, difficile à comprendre… la tauromachie est un art, on y est sensible, ou pas…mais respectons la sensibilité de chacun !!! Bravo et Merci pour ce témoignage !!!!

    • Reply marie 28 mai 2015 at 17 h 15 min

      « respectons la sensibilité de chacun »… sauf celle des taureaux. après tout quand le taureau est dans l’arène quelle importance s’il a peur ? quelle importance s’il a mal ?

  • Reply Georges 28 mai 2015 at 10 h 35 min

    Torturer et massacrer des êtres vivants en guise de « spectacle », c’est ça votre passion ?
    Un « art » ?
    L’horreur absolue oui.
    Le dégoût de l’être humain et de ce qu’il a de plus pervers.
    Aucune « tradition », aucun « spectacle », ne peut justifier la torture et la mort.
    RIEN ne peut justifier une telle horreur.
    Vous devriez avoir honte.

  • Reply Melissa Musson 28 mai 2015 at 10 h 54 min

    Votre article est consternant, il donne envie de vomir!
    Comment parler de respect de l’animal ? de tradition ? de beauté ?
    Vous le notez en préambule de votre article : « Ni pour, ni contre, je n’avais aucun avis dessus.  » il est effectivement évident que vous devez avoir une atrophie au niveau du cerveau pour penser du bien de la mort d’un animal sensible dans des conditions plus que déplorable.
    Je ne vois pas où est le respect, quand on place un taureau dans le noir, et qu’on le lâche complétement déboussolé dans une arène remplie de malades avides de sang et de meurtres. Je ne vois pas où est la beauté et le combat, quand son sort est réglé d’avance par un lutte truquée et inégale.
    Je ne vois pas de respect ni de beauté dans la fin d’une vie innocente. Je ne vois aucune valeur ni aucune justice dans tout ça et c’est désolant de voir de jeunes personnes s’enthousiasmer de la mort d’un taureau, un animal si doux et gentil…
    TUER N’EST PAS UN SPECTACLE, C’EST UNE HONTE.
    HONTE A VOUS.

    • Reply Lafon Sébastien 13 janvier 2016 at 11 h 05 min

      Premièrement le taureau de COMBAT est respecté du début à la fin de sa mort par son ganadéro (l’éleveur de Toros). Effectivement, pour le ganadero c’est un immense accomplissement de le voir entrer dans une grande arène. De plus l’élevage de taureaux permet dans de certaines zones humides de les utiliser pour garder ces zones et les travailler. Sans corrida il n’y aurait pas de fêtes !
      Deuxièmement le taureau n’est dans le noir que quelques instants. Personnellement je ne suis pas quelqu’un d’avide de sang et de meurtres au contraire ! Je suis aussi quelqu’un aimant beaucoup les animaux (surtout les chiens ) comme énormément d’aficionados ainsi que les ganaderos et les toreros.
      Troisièmement, déjà le respect c’est de respecter une personne qui parle et de ne pas insulter sans savoir. Le respect pour le taureau c’est justement de l’applaudir à la fin de sa course et de l’admirer durant ces courses. Non on ne s’enthousiasme pas de sa mort, on aurait tous voulu qui soit indulto bien sur !!! Quand vous dites « le sort est joué d’avance » vous dites vraiment n’importe quoi et ça se voit que nous n’avez jamais participé à une corrida ni lu 2-3 articles juste pour vous informer avant de parler. Beaucoup de taureaux sortent indulto (gracier) de la corrida, c’est-à-dire qu’ils ne meurent pas à la fin, ils sont ensuite soignés, ils mettent 2-3 semaines à se remettre de leur blessure (oui la peau du taureau est très épaisse comparé à beaucoup d’animaux) et enfin reviennent à la ville normale et reproduisent.
      Enfin la tauromachie est une spectacle taurin et surtout un art qui existe depuis longtemps et existera pendant encore très longtemps. La tauromachie ne va pas s’arrêter à cause de quelques parisiens ou autres (mais c’est souvent cela) qui ne mangent pas de viande ni rien mais par contre qui se comportent comme des connards avec les humains. En ce moment c’est cette mode de ne plus manger de viande etc et puis on reviendra à des choses plus normales, classiques. Maintenant même certaines personnes préfèrent les animaux aux humains (où va-t-on ?).
      Pour conclure, on ne sera jamais d’accord ça j’en suis bien conscient et vous auriez toujours des choses à redire sur la corrida etc etc mais c’est comme ça. Que vous aimiez pas je le comprends mais au moins respecter la tauromachie. Aller voir une corrida dans votre vie avec quelqu’un qui connaît (c’est très important) pour voir ce que c’est vraiment et pour vous faire un avis véritable.

  • Reply Lionel 28 mai 2015 at 11 h 01 min

    Bonjour, votre article sur la corrida est juste à gerber : aussi peu d’empathie pour ces pauvres taureaux est désespérant pour votre jeune age. Vous feriez mieux de vous en tenir à vos recettes de gâteaux ou de rouge à lèvre plutôt que de faire l’apologie de la violence en essayant de nous faire passer ce triste spectacle comme une oeuvre d’art incomparable. Vous devriez lire davantage de livres sur la perversité mentale et la souffrance. se réjouir de la souffrance, même sur un animal implique fatalement que vous êtes malade mentalement, émotionnellement. un individu sain d’esprit ne peut se réjouir de ce genre de spectacle, bien au contraire, il le combat, car, il est capable d’empathie, de projection, bien au delà des apparences et des espèces. Vous en êtes malheureusement incapable, tout comme autrefois, certains hommes considéraient les noirs, les métis, les africains comme des animaux, des objets, vous ne voyez qu’en ces pauvres taureaux des choses sans importance sur lesquels vous pouvez assouvir vos terribles pulsions…. que c’est triste.

  • Reply Aficion landais 28 mai 2015 at 11 h 18 min

    Eh bien moi je comprends tout a fait ce texte…et je le trouve remarquablement écrit.
    Etant moi même aficionado, je ressens ces mêmes émotions dans des arènes…
    Je n’ai pas pour autant l’impression d’être un barbare, un pervers, un dégénéré comme on me l’a déjà si gentiment hurlé dans les oreilles délicatement avec un haut parleur…venant d’un professeur arlésien, c’est quand même un bel exemple qu’il donne!

    Je ne ressens pas non plus la responsabilité de la cruauté et méchanceté du monde comme j’ai pu le lire plus haut… je travaille dans l’animation avec des enfants, et je ne suis pas plus dangereux pour eux que ces soit disant « pacifistes » anti corrida qui terrorisent bien plus les enfants aux abords des arènes que les taureaux combattus !!!
    Mon fils a été traumatisé à Rion des Landes il y a 2 ans par la violence des antis … et non pas par la novillada à laquelle il venait d’assister !!!

  • Reply ana crel 28 mai 2015 at 11 h 32 min

    pour ma part je n’adhere pas du tout..j’ai toujours refusé malgre la propagande quand on y va ainsi qu’en espagne d’aller à une corrida et je n’irai jamais voir ce spectacle , enfin si spectacle il y a car pour moi cela ne me fait pas rever mais gerber !!
    respect du taureau..olé !!
    il y a des milliers d’année existaient les arenes et les gladiateurs..ca n’a guere changé !! ma culture à moi n’a pa de sang !!

  • Reply LesLiens De la Terre 28 mai 2015 at 11 h 48 min

    Je peux comprendre le côté gracieux et élégant des figures et les émotions que vous avez ressenties, cependant, vous le dîtes bien vous même l’animal est « élevé pour la corrida » ; ce n’est pas naturel, il n’a pas choisi d’être ici contrairement aux hommes qui lui imposent leur volonté. Si l’on aime la communion d’une foule, autant que ce soit pour une cause qui PROTÈGE la vie, plutôt que l’inverse, quelles que soient les idées derrières. On pourrait faire ça avec n’importe quel animal, bête ou homme, ce serait toujours de la souffrance et surtout un affrontement inégal puisque le taureau ne peut exprimer son point de vue – d’autant qu’il ne connait que ce pour lequel on l’a éduqué. Pourquoi ne pas revenir au combat des gladiateurs dans ce cas ? C’était un art… mais surtout un divertissement, ce qu’est encore la corrida. Je précise que les gladiateurs n’étaient d’ailleurs pour la plupart pas réunis selon leur plein grès, tout comme les taureaux, puisqu’ils étaient souvent esclaves ou prisonniers.
    Peut-être que vous avez trouvé ça beau et noble, mais les taureaux finissent tués sans raison réelle, c’est la finalité qu’il faut voir. Pourquoi ne pas jouter ainsi sans piquer, sans découper ? (ni tuer ensuite, car même les corridas qui ne tuent pas dans l’arène, tuent à l’extérieur puisque le taureau est jugé inutile après le combat) Cela n’empêche pas l’art des mouvements et le combat et au moins plus équitable. Cela serait alors un jeu d’adresse, d’habileté et de stratégie et ne puiserait pas dans les fondements sanguinaires et de prédation que nous voulons à tout prix revêtir, alors que nous ne sommes pas des prédateurs de nature. Quitte à pratiquer cet art, autant affronter l’animal dans son milieu naturel, là ce serait un réel affrontement, et non en l’élevant et en le menant à l’arène -ceci n’est que l’art de la mise en scène apprécié par les humains.
    Et puis pourquoi ne pas voir des danseurs, acrobates, jongleurs, nageurs, etc, tout cela est également très beau, adroit, fluide, gracieux, physique, et peut également porter des valeurs, transmettre un message, valoriser l’effort et les liens humains, l’harmonie, avoir une portée artistique et culturelle et émouvoir. Pour ma part je préfère m’émouvoir de la vie.
    L’humain cherche toujours des justifications morales au fait de donner la mort ou de torturer, mais dans ce cas autant assumer ; j’aime les arts, la liberté d’expression et d’action, mais ne cautionne pas qu’on les mettent au service de la souffrance, quelle qu’elle soit. Plutôt que de tuer des bêtes et d’observer ces tortures, autant se tourner vers les enjeux actuels qui menacent la survie de la planète et donc la notre : si l’on a du temps à perdre, protégeons la nature, la biodiversité, donc les espèces animales et végétales pour les générations futures ; ça urge, c’est cela le plus important et la cause principale pour laquelle il faut se mobiliser. Il y a trop de souffrances humaines et animales pour en ajouter. Chacun devrait en prendre conscience et faire sa part citoyenne, maintenant, pas plus tard, sinon pas la peine d’avoir des enfants si c’est pour qu’ils vivent dans le monde que l’on compte leurs laisser -si tout le monde veut refuser ses responsabilités et vivre dans l’instant présent en pensant à court terme qu’ils n’imposent pas les conséquences de leur irresponsabilité aux autres et à ceux qui viendront après nous. Donc plutôt que favoriser la corrida, je préfère passer mon temps à faire de mon mieux pour protéger et soigner la vie, agir et prendre un peu de temps pour en discuter et éveiller les consciences. J’espère que vous songerez à cela.

  • Reply Arwen 28 mai 2015 at 12 h 02 min

    « L’animal a lutté, a dansé est mort en véritable héro !!!!! Etes vous consciente de cette phrase d’une stupidité hallucinante quant au texte il m’a dégoûté.. Comment une femme symbole de la féminité, de la douceur, de la compassion peut – elle s’exprimer ainsi ! Et quand je vois des femmes toréra et la cruauté qu’elle dégage lorsqu’elle commence à torturer le taureau , je me sens très mal à l’aise face à de telles scènes, idem pour les hommes, lorsqu’ils toréent c’est là qu’ils libèrent tout ce qu’il y’a de plus malsain en eux, la cruauté, le sadisme Si on a un certain degrè d’évolution (élargissement de la conscience) on ne peut pas assister à une telle boucherie et regarder ce pauvre animal épuisé qui pisse le sang par la bouche. En 2015 voir ce genre de chose n’est même pas pensable, l’espèce humaine est évoluée au niveau technologie mais elle régresse au niveau humanité. Si vous avez besoin de sensations engagez vous dans des groupes de combats, partez seule sur une ile déserte et tentez l’opération survie., là vous aurez des sensations NON ce n’est pas de l’art de regarder un type torturer et massacrer un animal et je concluerai en disant qu’effectivement nous ne pouvons pas être d’accord car nous n’avons pas les mêmes valeurs, celle du respect de la vie . A titre indicatif pas de réponses avec les abattoirs et les sempiternelles phrase déjà vu e revue de nombreuses fois de la part des aficionados, car je suis végétarienne.

  • Reply Lionel 28 mai 2015 at 12 h 08 min

    pour Aficion Landais et les autres
    Il n’y a qu’un pas à franchir pour nier la conscience de l’autre, l’objetiser. Soit vous considérez qu’ qu’un animal ne souffre pas c’est d’une bêtise et d’un cynisme hallucinant, soit vous aimez et vous vous repaissez de sa souffrance et donc, vous êtes un pervers et un sadique.
    Nier qu’il ne dispose pas d’un système nerveux lui permettant de ressentir est juste comme faisait les nazi pendant la guerre, ne considérant pas les juifs, les noirs, les handicapés comme des hommes appart entière, et qu’ils pouvaient les exterminer.
    Considérer que transpercer un animal de piques et le faire mourir à petit feu est « un art magnifique », ou « un combat sublime » est juste un mensonge. Ni un art, ni un combat : c’est une mise à mort.
    Par conséquent, vous faites exactement comme tous ceux qui nie l’humanité des hommes, la conscience d’un animal, et qui continuent de les opprimer. Donc, ce professeur que je ne connais pas est totalement dans le vrai en vous traitant de pervers, car oui, aimer voir souffrir l’autre est une perversité, même si c’est un animal.
    De plus, vous plantez dans votre enfant les graines de cette future perversité.
    Donc, oui, non seulement vous mentez, à vous-même et à votre enfant, mais en plus, vous contribuez à entretenir la dangerosité de ce monde pour vous et votre famille.
    Pour finir, l’étymologie du mot « dégénéré » : perdre les qualités naturelles de sa race, de son espèce » est également adapté, puisqu’en en niant la conscience d’un animal, de sa souffrance, ou en se repaissant de sa celle-ci, vous perdez une émotion fondamentale de notre humanité, la compassion.
    Espérez qu’un jour, vous ne soyez pas vous-mêmes, ou votre famille, victimes de cette absence de compassion et d’empathie.
    Lionel

  • Reply Roger 28 mai 2015 at 12 h 13 min

    Une passion, une consecration en 2 h 30 de spectacle taurin c’est magnifique a observer, bravo ! ! ! Melissa ton message et ta passion nouvelle pour les toros fait l’admiration des afficionados.A bientot dans un club taurin.

  • Reply Claude 28 mai 2015 at 13 h 04 min

    Je cite: « l’animal est respecté » il faut quand même oser!! Quand on respect un être vivant on le massacre pas à l’arme blanche! Même habillé en collants roses rididules! Ces matadors sont des meutriers!

  • Reply Paficionado 28 mai 2015 at 13 h 08 min

    « On salue sa bravoure, on célèbre sa mort héroïque en silence et on admire son courage. »
    Ce n’est pas une mort héroïque. Une mort héroïque, ce serait si le taureau décidait de se sacrifier pour vous, par exemple. La victime d’un violeur ou d’un assassin ne se transforme pas en héros.

    « Non, pendant ces deux corridas, je n’étais pas entouré (sic) de psychopathes assoiffés de sang. Non, je n’étais pas entourée de sadiques jouissant de la mort des ces animaux. »
    Si, la victoire du matador (que veut dire ce mot, par ailleurs ?) signifie la mort du taureau. Si vous célébrez la performance du premier, vous célébrez la mort du second. Et vous en redemandez. Peut-être que la douleur de l’animal n’est pas votre intérêt principal, mais c’est une conséquence inévitable de ce que vous dites rechercher.

    Que l’expérience soit impressionnante, que les sensations soient fortes, c’est une chose. Ni la communion que vous ressentez avec le matador et le reste du public, ni les encouragements et compliments des aficionados ne justifient qu’un animal soit élevé dans le seul but d’être mis à mort dans un spectacle pour votre seul plaisir. Votre absence de raisonnement rappelle les pires moments de l’humanité.

  • Reply SEB 28 mai 2015 at 13 h 14 min

    Merci pour cet article!!!
    J’ai moi aussi découvert en réalité ce « spectacle » lundi matin après des années de questions et d’attente.
    Pourquoi ne pas découvrir une corrida qui se pratiquent depuis des siècles et apprécié par des millions de personnes au fil des temps. Et puis comment peut on en parler, en bien ou en mal, sans l’avoir vécue???
    Donc corrida à cheval pour mes débuts! et là quel spectacle, que de beaux moments, que de frissons…
    Les chevaux et leurs cavaliers sont superbes, quel spectacle équestre, on en oublierait presque le taureau.
    Cette « pauvre bête » pleine de muscles et de nerfs qui n’a pas vraiment l’air de souffrir et qui va mourir d’un coup après s’être épuisée. La mise à mort est j’avoue le moment le plus difficile, mais assez bizarrement au fil des passages la mise à mort devient plus « acceptée », peut être me suis transformé en ce fameux monstre légendaire avide de sang qui vient regarder ce bain de sang dont tout le monde parle.
    Rien de tout cela en fait, j’ai fait une découverte, je suis toujours aussi choqué dans le monde de voir des hommes tuer des milliers de femmes et d’enfants, de voir des personnes donner un bol de riz à des enfants enfants pour fabriquer des téléphones et des chaussures, de voir des gens manger des animaux élevés dans des cages ou leurs petits qui n’auront pas la chance de devenir adulte. et que dire des oeufs…. ou des huitres, des animaux vivants…
    Mais bien sûr toutes ces personnes qui viennent cracher sur ce texte aujourd’hui marchent pieds nu et sont herbivores… ou bien se donnent raison mais jusqu’à une certaine limite!!!
    Donc à tous avant de parler, découvrez, avant de critiquer les autres, analysez vous, et surtout mettez des priorités!!!
    Quant à moi, accro je ne suis pas devenu, mais je pense quand même qu’un jour ou l’autre je retournerai voir une corrida.
    Et pour les passionnés, continuez à vivre votre passion comme bon vous semblent!

  • Reply Amelie 28 mai 2015 at 13 h 20 min

    Votre article est magnifique !
    La Tauromachie est en moi depuis ma tendre enfance car toute ma famille est aficiona.
    Cela fait plaisir de lire un article comme le votre bravo et merci !

  • Reply Pauline 28 mai 2015 at 13 h 56 min

    Je trouve ce texte extrêmement bien écrit et décrivant bien toutes les émotions par lesquelles on peut passer durant ce spectacle.
    Étant aficonada depuis bien longtemps je trouve effectivement que c’est un spectacle artistique.
    Nous ne pouvons nier que l’animal ne ressens rien tous au long du combat mais quand on voit la manière dont il est mis en valeur on passe au dessus de la douleur pour voir la beauté de l’animal et la complicité qui finit par se dégager entre l’homme et l’animal.
    Je comprend que certaines personnes ne conçoivent et ne comprennent pas cet art mais laissez les passionnés l’apprécier!
    Quand je vois comment les taureaux de combat son élevés, comment ils sont choyés tout au long de leur vie je crois que je préfère vraiment mourir dans une arène et être glorifié plutôt qu’être élevé dans des conditions déplorables et être achevé dans ces même conditions!
    Merci pour cet article!

  • Reply Natacha 28 mai 2015 at 13 h 59 min

    J’aurais honte à votre place ! Vous n’avez aucune empathie envers ce taureau? Nous sommes sur cette terre pour faire le bien et non le mal. Dire que ce spectacle sanglant est un art.. Est ce que vous savez ce qu’est réellement l’art? Enfin bref, vous n’êtes vrmt pas quelqu’un d’intéressant.

  • Reply Sarah 28 mai 2015 at 14 h 17 min

    Bonjour, merci pour cet article. Je m’étais également renseignée un peu sur la corrida avant d’aller aux Arènes il y a quelques années mais rien ne pouvait me permettre de prévoir l’émotion qui allait s’emparer de moi quand la corrida a commencé. J’ai pleuré de toutes mes larmes, étreinte par l’émotion et l’absolu de ce moment qui a duré 3 heures. La plupart des gens que je côtoie sont farouchement opposés à la corrida et au fond de moi, je me dis qu’ils n’ont rien compris. En général, peu d’entre eux y ont assisté. Mais une chose est sure, je prie pour que cette tradition se perpétue et surtout pour que l’élevage de taureaux sauvages (réellement sauvages) puisse prospérer avec des valeurs profondes de respect de l’animal. Malheureusement, c’est de moins en moins le cas à cause des enjeux financiers et je pense que c’est là le plus grand danger. Si l’esprit de la corrida se perpétue, à mon avis, ça donnerait un peu de lumière et d’absolu dans un monde à la dérive…. J’ai hâte d’assister à d’autres spectacles, n’en déplaise à certains. Ils ne sont pas obligés de venir… Les taureaux se défendent très bien tous seuls et je pense que personne ne les respectent et ne les aiment mieux que les toréros. Encore merci pour votre article!

    • Reply Jen Jen 30 mai 2015 at 22 h 26 min

      Alors la c’est la palme d’or. « les taureaux se défendent trěs bien tout seuls ». C’est une blague ? Expliquer moi où vous avez vu que le taureau se défend comme il le devrait ? Ce serait tellement jouissif pour des anti corrida que le taureau gagne, malheureusement je n’ai pas l’impression qu’il affronte les marionnettes avec les mèmes armes… Déjà faudrait-il encore qu’on arrête de les droguer et de les déstabiliser comme on le fait (ex: rester dans le noir durant des jours avant) et qu’on arrête de les saigner avec les pics que vous leur planter… Et peut-être qu’après on pourra prétendre que le taureau a toute ses chances d’arriver à se défendre correctement…

  • Reply Nathan 28 mai 2015 at 15 h 09 min

    Bravo Mélissa, chouette article!

    Tous ces anti-taurins et leur haine verbale, si ils pouvaient nous mettre des gifles je pense qu’ils le feraient. Quant à pire, certains le feraient volontiers aussi. Mesdames, messieurs, respectez les aficionados. Vous donnez des leçons à tout va, nous assoiffés de sang, de barbaries, de traditions qui pour vous ne sont plus d’époques, nous, irrespectueux du taureau, assassins, que vous côtoyez sans faire attention dans les rayons de supermarchés. Attention, nous avons peut-être une banderille! Ahaha ne vous inquiétez, nous vous feront aucun mal fort heureusement. Ah le toro de combat. Ah ce pantin ridicule. Ah ces écervelés dans les gradins. Le Toro est élevé en liberté durant 4 ou 5 ans dans les prairies espagnoles, françaises, portugaises. Un toro de combat est destiné à mourir en arènes, en se combattant bravement. J’ai 22 ans, depuis tout jeune je suis baigné dans les novilladas et corridas données à Dax, où la première corrida eût lieu en 1891. Et bien sachez, Mesdames et Messieurs, que j’ai eu l’honneur de voir un indulto. L’indulto est le titre suprême pour tout amateur de tauromachie, tour professionnel de tauromachie, tout matador. Le toro est sorti VIVANT de mes arènes dacquoises. Aujourd’hui, Desgarbado est reproducteur. Crachez vos insultes en regardant ce qu’il est devenu aujourd’hui. Peut-être vous diriez-vous ‘Mensonges et calomnies! Ce taureau est un faux! C’est un fantôme!’. Non non, Desgarbado est bien sorti vivant des arènes. Certes, ce fait est rare. Certes, des faenas sont assez ignobles, et nous sommes les premiers à exprimer notre mécontentement et notre honte. Chaque fois que ce brave animal tombe mort à terre, je vois son âme se dresser au-dessus des arènes, puis filer vers les verts campos, afin d’y être sa Légende.

    Sachez aussi qu’un taureau, avant d’entrer en piste, n’est pas aveuglé par le soleil. En effet, des lumières s’allument bien des dizaines de minutes avant son entrée en piste afin de le rendre apte à se battre. Mais entre-nous, il est évident que je préfère 100 fois plus ces boeufs, vaches et autres animaux emmenés en abattoir, ou d’un coup d’un seul BAM une balle dans la tête. De suite plus poétique n’est-ce pas? Alala…

    S’il vous plaît, usez votre salive pour des causes qui valent le mérite de se battre, car votre haine envers nous ne nous touche heureusement pas. Et puis, si vous ne voulez pas, alors continuez à vous répondre, à nous traiter de fous, à vous faire refouler des abords des arènes, à perdre en justice, à voir nos regards de pitié envers vous, vous qui devez être certainement tellement énervés devant notre négligence… C’est dommage. Vous devez être dans le fond de chouettes personnes, je n’en doute pas. Sachez alors que nous aussi on est de chouettes personnes, qui aimons simplement ce que, oui, nous appelons un Art.

    Continuez à vous battre contre nous, mais s’il vous plaît faites le dans la décence, sans les insultes et la Haine, qui pour l’instant n’a jamais été votre solution. En espérant discuter un jour avec vous.

    Amicalement.

  • Reply Franck 28 mai 2015 at 15 h 57 min

    En lisant le titre de ce texte, je m’interrogeais sur la façon dont vous avez découvert la Corrida.
    Vous disiez qu’avant d’assister à celà, vous n’aviez pas d’avis là-dessus. Or, quand on sait qu’un taureau met 20 minutes pour mourir, et encore quand le matador « s’y prend bien », celà donne un bel aperçu d’une agonie longue et à n’en pas douter terriblement douloureuse.
    Et puis vous relevez l’entrée du picador, en utilisant ces termes : « le sang jaillit ». Je suis curieux de savoir quel était votre sentiment à ce moment-là. Pour ma part, quand un être vivant se met à saigner abondamment, je ne trouve celà ni beau, ni artistique. Au contraire je m’interroge sur la Douleur qu’il peut ressentir.
    Puis, il y a comme un « Black-out » dans vos récits, comme si vous fermiez les yeux pour ne vous consacrer qu’aux matadors.
    Et vous revenez vers le Bovin, lors de sa mise à Mort, saluée dans la Joie et l’ Allégresse d’une Arêne toute entière.
    Ce n’est pas moi qui le dis, c’est dans vos propos.
    Alors je ne peux m’empêcher de penser à tous ces rapports criminologiques sur ces tueurs qui nient l’Existence de leurs victimes, les reléguant au rang d’objets prompts à satisfaire leur Plaisir, et auxquels la Mort de l’Autre procure une Jouissance indescriptible.

    Ah oui, Jean-Paul Riché fait parti des Anticorridas de la FLAC. Il est « Profiler », quelle coïncidence non ?

  • Reply Déborah 28 mai 2015 at 16 h 25 min

    Comment peut-on parler de RESPECT quand il s’agit d’une MISE A MORT ?…
    J’ai honte pour vous.

  • Reply Bastien 28 mai 2015 at 16 h 51 min

    Vous parlez de choses que vous ne connaissez pas. Arrêtez de parler de la corrida sans en avoir vu aucune. Vous ne savez pas l’émotion que cela procure. Je me demande quelles sont vos passions ou vos coûtumes que je puisse les critiquer comme vous critiquez les nôtres. Mais je ne le ferais pas car contrairement à vous, je respecte vos traditions et vos passions. Et je ne vois pas qui vous êtes pour juger de la beauté de la corrida ou non. Cet article est magnifique et beaucoup de personnes doivent se reconnaitre dans les paroles de cette jeune femme. Vous vous proclamez « défenseur des animaux », alors expliquez moi pourquoi des antis-corrida ont aspergé des chevaux du torero Andy Cartagena de peinture rouge lors d’une corrida à Palavas les Flots ? Ce geste ne montre aucun respect envers l’animal comme.vous prétendez en avoir.
    Moi j’ai 19ans, j’ai vu ma première corrida à l’âge de 10 ans et je me porte très bien ne vous inquiétez pas, ça n’a rien d’un massacre et ce n’est pas traumatisant même pour une jeune personne. Je suis fier de mes traditions taurines, qu’elles soient camarguaises ou espagnoles et fier d’être un jeune aficionado. Longue vie à nos traditions et à la corrida.

    • Reply Anya 29 mai 2015 at 12 h 49 min

      Il faut nécessairement avoir vu une corrida pour juger ? Donc, je suppose que, vraisemblablement, on ne vous a jamais électrocuté avec une soude anale (exemple), si j’avais envie de vous le faire, vous ne pourriez pas dire « non » puisque vous n’avez jamais connu cette sensation !
      Si au moins vous admettiez « je suis un(e) psychopathe qui aime torturer les faibles, la souffrance me fait jouir » y aurait de la cohérence. Comme tout afioc, vous tentez de trouver des arguments (jamais rien de nouveau, vous citez toujours tous les mêmes, à croire qu’on vous les inculque tellement il vous est impossible de vous justifier).
      Vous savez que cette pratique est dégueulasse et inadmissible.

      Inutile de parler de « traditions ». L’excision est une tradition, pourquoi la combattre ? Que le père choisisse l’époux de sa fille, c’est aussi une tradition ! Balancer des chats du haut d’un clocher, une tradition de plus ! Lapider un âne en publique, les exécutions sur la place publique… Mais qu’attendons-nous pour remettre tout cela au goût du jour puisque certaines personnes aiment ?
      Ceux qui n’aiment pas n’auront qu’à passer leur chemin !

      Bon, y a bien quelques anciens adorateurs de la corrida qui ont changé de camp, comme quoi, tout est possible. Je ne peux q’espèrer que vous changerez de camp un jour.

  • Reply Sandrine 28 mai 2015 at 16 h 54 min

    Drôle de définition du respect ! Alors tuons lentement qui on veut, après tout, si on considère que la victime s’est bien débattue, c’est qu’on a été respectueuse envers elle ! Ce qu’il ne faut pas lire quand les gens essayent de justifier leur goût pour le sang…

  • Reply ginestet kate 28 mai 2015 at 17 h 20 min

    La sensibilité n’est pas l’apanage des antis .. quand ils auront compris ça alors il pourra y avoir discussions. J’ai moi aussi découvert la corrida il y a 5 ans . Ni pour ni contre .. je me retrouve totalement dans votre texte. Et juste pour info pour répondre à un post précédent un toro ne met pas 20 mn à mourir. . Sinon il n’y aurait plus de corrida depuis longtems …

  • Reply ginestet kate 28 mai 2015 at 17 h 34 min

    La sensibilité n’est pas l’apanage des antis .. quand ils auront compris ça alors il pourra y avoir discussions. J’ai moi aussi découvert la corrida il y a 5 ans . Ni pour ni contre .. je me retrouve totalement dans votre texte. Et juste pour info pour répondre à Frank, un toro ne met pas 20 mn à mourir. . Sinon il n’y aurait plus de corrida depuis longtemps .. et je n’ai pas non plus de jouissances indescriptibles, je ne suis pas assoiffée de sang .. vous fantasmez votre animalité sur un mode totalement perverti par un imaginaire collectif … j’espère que les antis mettent autant de haine et de colère pour defendre les vaches dans les elevages hors sol … Mélissa bravo pour votre justesse, votre sensibilité, et votre ouverture d’esprit.

    • Reply Lise Temple Duval 30 mai 2015 at 15 h 53 min

      On ne peut être ‘ni pour, ni contre’ la cruauté: annoncer cela pour se donner des airs de neutralité, c’est proférer un mensonge car ne peut dire cela qui celui qui refuse de dénoncer un mal flagrant dans lequel il trouve son compte. Comme vous dans l’horreur de la tauromachie.

  • Reply Christelle 28 mai 2015 at 18 h 06 min

    Je suis nîmoise et je n’ai jamais apprécié que l’on mette à mort un être vivant et que l’on fasse un spectacle grotesque de sa mort. Je suis d’accord que ça doit demander beaucoup de courage aux matadors d’affronter un animal de cette puissance , même si comme vous devez le savoir, les taureaux sont affaiblis avant de rentrer dans les arènes… Quoi qu’il en soit, je ne comprendrai jamais comment l’on peut justifier de faire souffrir et de tuer un si Bel animal qui ne demande Qu’à vivre comme nous tous sur cette terre. Ce n’est pas respecté un animal que de le tuer comme vous ne respecteriez pas un homme en le blessant puis en le tuant.

  • Reply Elliott 28 mai 2015 at 18 h 07 min

    Pauvre fille…
    Se régaler d’un meurtre gratuit est affligeant.

  • Reply Eric 28 mai 2015 at 18 h 32 min

    Bonjour,

    J’ai lu avec attention votre article, ayant moi-même déjà été dans une arène également et eu des explications.
    Cependant, contrairement à vous, je ne suis pas du tout convaincu.

    Je ne parle pas de votre ressenti, qui vous appartient et sur lequel il n’y a rien à dire.
    Je parle plutôt de la… légitimité de la corrida.

    Bien sûr, ce spectacle a ses codes, et l’on peut trouver des sensations à la fois dans le ruedo qu’autour.
    Cependant, l’argument des anti-corrida, concernant la souffrance et la mort de l’animal, me semble plus recevable que tout ce que l’on peut trouver dans ce spectacle. Car cela reste un spectacle.

    La notion de respect dont on parle dans la corrida est très subjective. Le premier des respects est celui de l’intégrité d’autrui, et en l’occurrence je parle ici du taureau.

    Le problème, c’est qu’au final on se retrouve dans une symbolique de domination de l’animal et donc un frein à une amélioration plus globale du rapport de l’Homme au reste du vivant, qui dans notre société s’est totalement dégradé.

    Par ailleurs, je ne suis pas d’accord pour dire qu’il faut aller dans une arène pour se faire un avis, car bien que c’est ce que j’ai fait, au final, mieux comprendre un spectacle ne lui donne pas plus de valeur qu’une vie.

    Car au fond, toute la polémique entourant la corrida se résume bien à une opposition entre le spectacle (dont les valeurs, les codes, la symbolique, l’histoire, le ressenti, etc., n’en changent pas la nature) et la vie.

  • Reply thierry 28 mai 2015 at 18 h 33 min

    je trouve dommage que des jeunes puissent aimer ce spectacle. Que vous puissiiez y prendre du plaisir me stupéfie. Le sang, la mort, non, pour moi, ce ne sera jamais un plaisir, on ne doit pas être fait pareil. les guerres, les tortures, les viols, ect..; sont le propre de l’homme . il est vrai que je n’aime pas le genre humain, c’est peut-être moi qui suis anormal, finalement.

  • Reply Unejeuneaficionada 28 mai 2015 at 18 h 36 min

    Merci pour l’article, il est tellement profond, passionnant et surtout très constructif. J’espère que certaines personnes feront comme toi.. Pour que l’on est plus besoin de se battre pour l’art de la tauromachie…

  • Reply Lise Temple Duval 28 mai 2015 at 19 h 06 min

    Deux détails de votre propagande ont attiré mon attention.
    Le premier c’est que vous déclarez que vous ne pouviez prédire ce que vous alliez ressentir.
    Vous allez voir des taureaux subir les pires sévices et à aucun moment vous n’envisagez la possibilité d’en être révoltée, envahie par un sentiment d’injustice et par la pitié ? On comprend mieux l’aisance avec laquelle vous vous êtes ralliée à vos nouveaux amis.

    Le deuxième, c’est que vous n’avez pensé à étancher votre soif d’apprendre – y compris ‘un peu en secret’, décidément vous aviez tous les atouts pour devenir tauropathe – qu’à l’abreuvoir des amateurs de corrida, comme si eux seuls détenaient la vérité. Vous ne vous êtes intéressée qu’au côté technique de la chose, comme si un animal était un objet , et avez délibérément écarté la fréquentation des humanistes qui auraient pu vous faire comprendre pourquoi ce qu’affectionne votre amoureux soulève tellement d’opposition chez les humains respectueux des besoins des animaux. Votre prétendue curiosité ne serait-elle pas plutôt recherche de la confirmation que votre amoureux et vous avez raison ? Car même si c’était votre première corrida – comme vous le prétendez, mais j’ai des doutes – vous n’étiez absolument pas neutre.

    Je vous propose un sujet pour votre prochaine découverte : ‘Pourquoi j’ai apprécié ma première lapidation’.
    Comme pour la corrida, une lapidation ce n’est pas accessible au premier venu : il y a le choix de la victime, la façon de l’enterrer, la sélection des pierres en fonction de leur calibre, l’art de lancer les bonnes pierres au bon moment, la maîtrise du geste …
    Comme pour la corrida, les incultes crient au scandale.
    Mieux que la corrida : vous et votre amoureux pourriez prendre part à l’action.
    Et comme pour la corrida, vous ne pouvez à l’heure actuelle pas prédire ce que vous ressentiriez.

    J’ai hâte de vous lire.

  • Reply Philippe Destanque 28 mai 2015 at 19 h 18 min

    Ce gars de Marseille je crois, qui jetait son chat contre un mur… filmé en plus,
    il a été arrêté, poursuivi, et condamné… et les témoins aussi je pense, et c’est plus que normal !

    Ces gars qui tuent un herbivore, après l’avoir fait souffrir, filmés en plus
    avec des témoins présents, qui payent pour ça… euh…

    J’ai du mal à faire la différence, à voir la noblesse et le respect dans cette tuerie sanglante
    ça va s’arrêter, être interdit, et c’est plus que normal !

    Je pense aux « braves taureaux » ! ils n’ont rien demandé, eux
    Comme le petit chat

  • Reply Tala 28 mai 2015 at 19 h 20 min

    Tous les commentaires de ceux qui se délectent d’un spectacle sanglant, morbide où un animal est torturé et mis à mort sont pitoyables, et si vous pensez que la sensibilité n’est pas l’apanage des anti « Ginestet Kate » vous ne devez pas connaître la signification du mot sensibilité, vous devez confondre avec sensiblerie ce qui n’est pas le cas des militants, la sensibilité, l’empathie envers les animaux dénotent d’une ouverture de conscience, d’une évolution (ce qui n’a rien à voir avec l’évolution technologique) et si vous pensez que nous défendons uniquement les taureaux vous vous trompez nos combats sont pour tous les animaux, sans oublier la protection de la nature pour une majorité d’entre nous. On ne peut pas avoir de la sensibilité, et une ouverture de conscience, en aimant regarder un taureau se faire torturer et massacrer , pour finir en plus par être trainé comme un vulgaire déchet et mis dans une benne. BRAVO POUR LE RESPECT DE CET ANIMAL QUE VOUS AIMEZ TANT.. Quant à penser que nous sommes haineux et coléreux, je pense que vous n’avez jamais vu comment se comportent les aficionados lors des manifs, les insultes , mots obscènes et gestes vulgaires à l’appui surtout envers les femmes. Quant à ceux qui parlent de l’émotion que cela leur procure, vous devez avoir une vie plutôt banale pour avoir besoin de ce genre de spectacle pour vous procurer des émotions. J’ai des passions Bastien mais des passions qui ne causent aucune souffrances que ce soit envers un animal ou un être humain. Vous devriez aussi parler des novilladas ça ne vous dérange pas qu’un apprenti toréro s’entraîne sur un novillo ? C’est à vomir !, on se demande comment des êtres humains peuvent cautionner une telle cruauté. En ce qui concerne votre phrase Sarah « les taureaux se défendent très bien tous seuls et je pense que personne ne les respectent et ne les aiment mieux que les toréros. » Les taureaux se défendent tous seuls ! ont il un autre choix que celui de réagir, déjà par la douleur, la souffrance et le fait qu’ils sont stressés et déstabilisés dans un endroit inconnu avec du bruit, des personnes qui s’agitent autour d’eux pour les faire réagir, il est facile d’observer sur les vidéos que le taureau est déstabilisé et ne réagit pas spécialement si on ne le provoque pas. Quant à les respecter et les aimer vous avez une notion particulière du mot « RESPECT et AMOUR » Pour la corrida je pourrai encore appeler cela un combat si un toréro descendait seul dans l’arène, sans banderille, sans épée ni puntilla, là ce serait un combat.

    • Reply LO TAURE ROGE 28 mai 2015 at 22 h 45 min

      Toujours les mêmes affirmations et détournements du sens des mots, comme « torture, tortionnaire ». Il y a là un manque de respect eu égard aux femmes et hommes torturés à tra­vers l’histoire et le temps présent. Mais lorsqu’on manque d’argument il reste l’usage de mots inadéquats pour effrayer le lecteur peu averti.
      En effet, un tortionnaire ne prend aucun risque puisque sa victime est attachée, pour être torturée, sans pouvoir se défendre… Et le matador risque blessures et mort ! Et il le sait.
      De plus, le tortionnaire torture pour :
      – obtenir des informations, des rensei­gnements, lesquels pourraient donner (ou avouer) un toro ?
      – pour servir d’exemple par la terreur ; hors aucun congénère du toro n’assiste au combat ?
      – pour obtenir un reniement (conver­sion forcée) ; lequel le matador vou­drait-il obtenir du toro ?
      Mais direz-vous et les malades mentaux qui torturent pour leur « plaisir » ? Là, nous vous voyons aller vers l’amalgame entre matadors/aficionados et pervers, psychopathes, dégénérés… et si vous faites cet amalgame si facile vous tomberiez alors dans le domaine de l’injure ce qui ne serait pas pour un anti une nouveauté !

  • Reply Camille 28 mai 2015 at 19 h 21 min

    Personne n’a le droit de prendre la vie d’un animal innocent par pur plaisir .J’aime l’art autant que vous mais seulement quand les participants sont tous consentants . Et j’ai comme l’impression que le taureau n’a pas donné son feu vert pour sa mise à mort … Quand est-ce que les gens vont comprendre que nous ne valons pas mieux que les animaux que nous tuons ?Quelle force supérieure nous a donné l’autorisation de décider de leur mort ,et encore pire ,d’en faire un spectacle ? Le taureau n’en a rien à foutre de vos hommages et de votre respect , lui il veut vire !
    Et oui, même si ils ne réfléchissent pas comme nous ,les taureaux ont autant envie de vivre ,autant peur de la mort et les sacrifier pour le spectacle est juste immonde.

  • Reply Bastien 28 mai 2015 at 19 h 28 min

    Vous faites rire, donc vous ne mangez aucune viande ? Vous ne manifestez pas pour la défense des animaux qui sont tués pour la nourriture ? Il y a des millions d’animaux qui sont engraissés et qui vont se faire tuer comme ça tandis que vous, incultes en terme de corrida, vous ignorez que les toros de corrida sont préparés depuis leur naissance à une chose : mourir dans l’arène en ayant bien combattu. Contrairement à ce que vous croyez, il y a un très grand respect du toro par les aficionados et surtout par le torero. Certaines corridas sont meme interessantes du seul fait de la présence de bons toros. Le toro est applaudi et respecté, vous critiquez une passion, une tradition que vous ne connaissez pas et vous êtes pour la plupart des gens du nord où les taureaux ne sont pas. Dites moi vos traditions et pensez vous que j’ai le droit de les juger ? Je ne pense pas alors dites moi qui vous êtes pour le faire. Respectez la conviction de chacun et n’essayez pas de nous enlever une tradition présente depuis longtemps.

    • Reply Jen Jen 30 mai 2015 at 22 h 16 min

      Une tradition qui n’est même pas Française en passant… !!!

  • Reply Laurie 28 mai 2015 at 20 h 15 min

    Honnêtement je ne vois pas ce qu’il y a d’intéressant à tuer un animal. Et je trouve ça juste affreux d’en faire un spectacle!!! C’est purement sadique. Il va falloir que vous vous trouvez d’autres passe temps parce que ça devient grave…. Comment peut on dire qu’on aime et respecte un animal si on le tue?? J’aime et je respecte mes enfants et ça ne m’est jamais venu à l’esprit de les tuer.

  • Reply Christine 28 mai 2015 at 20 h 39 min

    A ceux qui répondent que c’est un ‘beau’ sport, lisez juste ce qui suit (témoignage d’Alvaro Munera, torero repenti)

    L’Afeitado
    Cette pratique barbare consiste à scier à vif 5 à 10 cm de corne. L’opération dure 25 minutes et génère d’horribles souffrance pour l’animal ; il est enfermé dans un caisson et seules les cornes dépassent. Cette mutilation modifie la perception de l’espace pour le taureau. Tous les toreros réclament l’afeitado. En termes de douleur, cette ‘ intervention ‘ reviendrait à nous scier une dent à vif…
    Cette opération a pour but de désarmer le taureau.
    L’animal ainsi tourmenté, torturé, garrotté, piégé, encagé; ses plaintes, ses mugissements n’empêchent rien.
    Les cornes sont ensuite poncées et éventuellement reconstituées avec de la résine.
    Le taureau ne dispose pas d’un délai suffisant pour prendre connaissance de la nouvelle longueur de ses cornes et d’y adapter son coup de tête.

    Le transport

    Les taureaux sont ensuite transportés vers les villes taurines; c’est une épreuve douloureuse. Ces transports pouvant durer plusieurs jours, sur un plan incliné pour les fatiguer, les animaux ne reçoivent ni nourriture, ni boisson. C’est ainsi qu’en 2001, plusieurs taureaux déshydratés ont été retrouvés sans vie dans ces camions de la mort.

    La préparation au combat

    Avant le combat, le taureau est parfois préparé.
    Yeux enduits de vaseline (afin de le désorienter), usage en dose massive de tranquillisants, hypnotisants, et même sprays paralysants (les mêmes utilisés par les forces de l’ordre, qui ont pour effet d’altérer la vue). J’ai aussi entendu qu’on leur administrait des laxatifs afin de les affaiblir encore plus.
    Pattes enduites d’essence de térébenthine, qui lui procure des brûlures insupportables, dans le but de l’empêcher de rester tranquille.
    Aiguilles cassées dans les testicules, dans le but d’empêcher le taureau de s’asseoir ou de s’affaler.
    Coton enfoncé dans les narines et qui descend jusque dans la gorge, dans le but de rendre plus difficile la respiration.
    Coups de pieds et de planche sur l’échine et sur les reins, pour ne laisser aucune traces.
    Les sabots sont limés, voire incisés et on enfonce des coins de bois entre les onglons, cette opération est faite pendant la contention dans la boîte à treuil (en même temps que l’afeitado).
    Et juste avant de rentrer dans l’arène, on lui laissera tomber une trentaine de fois des sacs de sable de 100 kg sur les reins, après l’avoir immobilisé.

    Et maintenant… le spectacle peut enfin commencer. »

    Elle apprécie toujours autant ce qu’elle a vu la « crétine » dont je n’ai même pas pu lire l’article en entier tant elle me donnait la nausée ????
    Elle ne savait pas ce qu’elle allait ressentir devant une mise à mort qui ne laisse VRAIMENT aucune chance à l’animal (lire ci dessus) ???
    A gerber vraiment !!!!

  • Reply Tala 28 mai 2015 at 20 h 54 min

    Bastien vous dites : » le taureau est applaudi et respecté » je doute qu’il soit sensible à ce genre de manifestations, allons un peu de sérieux, quant au respect on l’a vu à maintes reprises, jeté dans une benne ou trainé comme un vulgaire déchet , 1 fois sur 3 encore vivant, pour être ensuite dépecé et découpé dans un lieu réservé à cet effet. Mourir dans l’arène en ayant bien combattu, tiens c’est bizarre cela me rappelle les écrits sur les gladiateurs à l’époque des Romains, ils devaient mourir dans l’arène et en être fiers, ça aussi c’était une tradition, donc j’en déduis que nous n’avons pas vraiment évolués depuis cette époque

  • Reply GINESTET KATE 28 mai 2015 at 21 h 04 min

    A Tala … prenez un dictionnaire … pendant ce temps je vais chercher des aficionados atteints de sensiblerie et dégustant une côte de toro récupérée dans la benne.
    Pour ce qui est de la haine et de la colère dont vous êtes victimes dans les manifs, il serait intéressant de faire une petite étude des textes précédents, peut être, juste sur le champ lexical utilisé par les « antis » : je lis pêle mêle : violents, ignobles, torturer, à vomir, horreur, honte, déplorable, malades avides de sang, perversité mentale, stupidité hallucinante … et je ne parle même pas des attaques personnelles à l’encontre de cette jeune femme.. Je répète donc, La sensibilité n’est pas l’apanage des « antis »
    Quant à ma vie, rien ne vous autorise à préjuger de sa banalité, on ne se connait pas que je sache .. n’attaquez pas les gens qui n’ont pas vos idées sur un terrain privé, cela n’apporte absolument rien et dessert le propos et la cause que vous souhaitez défendre .
    Cordialement

  • Reply Chamayou 28 mai 2015 at 21 h 56 min

    Bravo excellent texte qui reflète bien les émotions que peuvent connaître les aficinados a la vue de leur att favori.

  • Reply LO TAURE ROGE 28 mai 2015 at 22 h 37 min

    Suerte !
    Je vous conseille un excellent petit livre d’un aficionado de 1er plan, Francis Wolf :
    édition « MILLE ET UNE NUIT »- broché – 103 pages – prix 3.50 €
     » Depuis quelques années, une nouvelle bataille contre la corrida s’est engagée. Diverses mesures prohibitionnistes ont été proposées. Ici ou là, on parle de défendre l’accès des corridas aux mineurs. Ailleurs, il est carrément question de les interdire. L’offensive est portée par des motivations généreuses, mais elle n’est pas consciente des risques que la prétendue  » libération animale  » fait courir à notre morale humaniste et, surtout, elle ignore les valeurs de la tauromachie. La corrida n’est pas seulement un spectacle magnifique. Elle n’est pas seulement excusable. On peut la défendre parce qu’elle est moralement bonne. Francis Wolff a dressé une liste de 50 raisons.  »

    Je constate une fois de plus que les liberticides et autres animalistes n’ont certainement pas lu cet excellent ouvrage…

    • Reply Lise Temple Duval 29 mai 2015 at 4 h 03 min

      On pourrait avoir des détails sur ce que vous appelez votre ‘morale humaniste’, car c’est son exact contraire qui transparaît dans la corrida, totalement immorale et contraire à l’humanisme.

      « On peut la [la corrida] défendre parce qu’elle est moralement bonne’, d’après vous. Par quel miracle la cruauté, dont l’interdiction fait consensus en France à cause de son immoralité, pourrait-elle être ‘moralement bonne’? Il faut au moins être souteneur de tortionnaires pour sortir pareille ineptie.

      Enfin sachez que nous sommes nombreux à avoir lu le Petit Livre Rouge de la doxa tauromafiste rédigé sur un coin de table par un de vos gourous. Prétendre défendre l’indéfendable comporte toujours le risque de se ridiculiser: le pauvre homme n’a pas pu l’éviter. Mais l’essentiel est qu’il vous donne l’impression de pouvoir paraître intelligent…

      • Reply LO TAURE ROGE 30 mai 2015 at 23 h 47 min

        J’ignore où Lise Temple Duval a écrit son commentaire qui ne démontre rien sinon son manque d’argument caché derrière un style se voulant intellectuellement au-dessus de tout ce que peuvent écrire les aficionados…
        Son mépris vaut que je ne lui recommande point la lecture de « Philosophie de la corrida » du meme auteur paru chez Fayard :
        « La corrida a inspiré les plus grands artistes et nombre de théoriciens. Mais nul, à ce jour, ne s’était aventuré à philosopher sur elle. C’est le défi qu’a relevé Francis Wolff. A le lire, on comprend que la corrida, parce qu’elle touche aux valeurs éthiques et qu’elle redéfinit l’essence même de l’art, est un magnifique objet de pensée. La corrida est une lutte à mort entre un homme et un taureau, mais sa morale n’est pas celle qu’on croit. Car aucune espèce animale liée à l’homme n’a de sort plus enviable que celui du taureau qui vit en toute liberté et meurt en combattant. La corrida est également une école de sagesse : être torero, c’est une certaine manière de styliser sa vie, d’afficher son détachement par rapport aux aléas de l’existence, de promettre une victoire sur l’imprévisible. La corrida est aussi un art. Elle donne forme à une matière brute, la charge du taureau ; elle crée du beau avec son contraire, la peur de mourir ; elle exhibe un réel dont les autres arts ne font que rêver. Sous la plume jubilatoire de Francis Wolff, on découvre ce que Socrate pensait de la tauromachie, que Belmonte peut être comparé à Stravinsky, comment Paco Ojeda et José Tomàs fondent une éthique de la liberté et pourquoi Sébastien Castella est un virtuose de l’impassible… »

        • Reply Lise Temple Duval 31 mai 2015 at 9 h 47 min

          Wolff dites-vous ? C’est bien celui qui en mai 2013, a prononcé à Céret un inoubliable discours dont voici un extrait :
          .
          « Pourquoi défendre la corrida aujourd’hui ?
          Je dirais, qu’est ce que nous admirons dans un taureau, taureau ?
          Nous voulons qu’il soit grand, en tout cas impressionnant, nous voulons qu’il soit beau, harmonieux, c’est ce que disait tout à l’heure J.F., nous voulons qu’il soit brave, et nous voulons qu’il soit noble si l’on entend par la [là ?]noblesse au sens de la bêtise du taureau qui suit sottement le leurre qu’on lui présente mais celui qui a la loyauté d’essayer toujours d’attraper en quelque sorte le leurre ou en tout cas l’objectif qu’il se fixe avec la plus grande fixité justement. »

          Quel style ! Pour la glorification de la corrida, c’était plutôt raté, mais question jubilatoire, rien à dire!

  • Reply Christine 29 mai 2015 at 0 h 50 min

    Pour les aficionados, la corrida est un art noble opposant l’Homme et la Bête, le matador et le taureau. Ce dernier est volontiers présenté par les procorridas comme un fauve, un animal de combat qui se grandit par sa bravoure face à ceux qui le toréent jusqu’à l’estocade finale, c’est-à-dire la mort de l’animal.

    A lire les chroniqueurs spécialisés, tout n’est que beauté dans ce face-à-face de quinze minutes très codifié, lors duquel le taureau subit toutes sortes de blessures jusqu’à ce qu’il succombe.

    Un point important de vocabulaire : les trois principales qualités d’un taureau selon les adeptes de la tauromachie sont la « bravoure », la « noblesse » et la « caste ». La « bravoure » se manifeste par sa promptitude à charger à la moindre sollicitation et par la répétition inlassable de ses charges. La « noblesse » est caractérisée par le fait que l’animal charge en baissant la tête. La « caste » consiste à présenter d’autres qualités telles que la force et l’aspect esthétique. Ces précisions sémantiques vont être utiles pour la suite.

    Au-delà des arguments des aficionados et de ceux des anticorridas, il est peut-être utile de rappeler quelques faits avérés et incontestables, dont certains sont rarement dits ou peu connus.

    1 – Le « taureau de combat » est une création artificielle de l’Homme

    La toute première des vérités, c’est que le taureau est un herbivore. Comme tous les herbivores, il n’a rien d’un fauve. Il suffit de regarder des troupeaux de taureaux paître paisiblement dans les prairies camarguaises pour s’en convaincre. Ce n’est qu’au prix d’un conditionnement on ne peut plus artificiel et de nombreux croisements consanguins que certains de ces animaux sont préparés à devenir ceux que l’on envoie dans les corridas.

    Dans la nature, il n’existe pas plus de « taureau de combat » qu’il n’y a de lapin guerrier ou de brebis d’assaut.

    fadjen.jpg
    Fadjen, taureau « de combat » élevé loin des arènes

    2 – Les taureaux envoyés aux arènes sont souvent de simples veaux

    Les taureaux qui déboulent dans les arènes sont âgés de 3 à 5 ans, parfois un peu moins. L’espérance de vie naturelle d’un taureau qui meurt de vieillesse est d’une vingtaine d’années. Un taureau envoyé à la corrida, quel que soit son aspect impressionnant, est donc un animal au tout début de sa vie, parfois un simple veau encore en cours de croissance comme dans les novilladas.

    3 – Le combat est truqué avant qu’il ne commence

    Dans les minutes qui précèdent son entrée dans l’arène, le taureau subit toute une « préparation » visant à le diminuer physiquement tout en le rendant encore plus agressif.

    corrida afeitado.jpg- Ses cornes sont limées à la scie pour réduire le risque qu’elles accrochent le matador au passage. Comme elles ont une sensibilité équivalente à celle de nos dents, il faut maintenir le taureau dans un carcan étroit, le cajon, pour qu’il ne puisse pas se soustraire à la douleur, sa tête étant extraite hors des barreaux par des cordes qui l’empêchent de la bouger le temps que les cornes soient sciées à vif sur environ cinq à six centimètres.
    Elles sont ensuite polies, colorées et vernies pour que rien ne soit visible. Si les cornes saignent, elles sont colmatées avec des échardes en bois.
    Les avantages pour le matador sont multiples : non seulement les cornes sont moins larges mais en plus, l’animal a des repères faussés en raison de leur raccourcissement et enfin, il va hésiter à s’en servir parce que la douleur est extrême. Cette opération s’appelle l’afeitado (« rasage » en espagnol).

    – Le taureau reçoit plusieurs médicaments visant à l’affaiblir, principalement des purgatifs pour qu’il ait des diarrhées et du Combelen (un neuroleptique) pour l’hébéter. Le même produit est aussi donné aux chevaux en combinaison avec de la morphine, pour qu’ils ne paniquent pas à l’approche des taureaux lorsque les picadors les poussent au contact. Les chevaux ont, de plus, les oreilles bouchées avec du coton et les yeux occultés avec des œillères.

    – D’autres pratiques ont parfois cours, comme laisser tomber à plusieurs reprises des sacs de sable de 100 kg sur les reins de l’animal, enduire ses yeux de vaseline pour brouiller sa vue, planter des aiguilles cassées dans ses testicules, enfoncer du coton dans ses narines, badigeonner ses pattes d’essence de térébenthine ce qui occasionne des brûlures pour que le taureau semble féroce dans sa démarche, limer ses sabots et enfoncer des coins de bois entre ses onglons.

    On peut se demander en quoi la « caste » (force et esthétique, voir définition plus haut) est ainsi respectée puisque tout est fait, dès cette étape préliminaire, pour affaiblir le taureau, perturber ses perceptions et modifier son esthétique.

    4 – Le taureau baisse la tête parce que les muscles de son cou sont sectionnés.

    La corrida est divisée en trois tiers ou tercios : le tercio de pique, le tercio de banderilles et le tercio de mise à mort.

    corrida picador.jpgLors du tercio de pique, le picador à cheval vient au plus près du taureau pour lui planter dans le garrot, de haut en bas, une pique de 2m60 terminée par une pointe en acier de 9cm. Il l’enfonce d’une trentaine de centimètres et fait un mouvement de vissage. Son but est de sectionner les muscles du cou de l’animal pour qu’il ait du mal à tenir sa tête en position haute. La tête baissée donne alors l’impression qu’il veut charger à tout moment.

    Les aficionados appellent cela « régler le port de la tête de l’agresseur » et « humilier » l’animal.

    On voit donc que la « noblesse » (attitude consistant à charger tête baissée, voir définition plus haut) du taureau n’est en fait rien d’autre que le résultat d’un trucage (la lésion des muscles du cou).

    5 – Les banderilles visent à faire souffrir le taureau et à lui faire perdre le plus de sang possible

    corrida banderilles.jpgLors du second tercio, trois paires de banderilles sont plantées dans le dos du taureau.

    L’aspect décoratif des papillotes colorées ne doit pas faire oublier que les banderilles sont des harpons munis d’un crochet anti-recul de 6 cm. Le but est de redoubler la douleur provoquée par les piques et de provoquer des hémorragies massives pour l’affaiblir au maximum.

    Les aficionados disent que le rôle des banderilles pour le taureau est de « parachever le réglage du port de tête et raviver son ardeur ». La réalité, c’est qu’à la fin de ce tercio, il est épuisé après avoir perdu beaucoup de sang, ce qui est parfaitement visible.

    Sa « bravoure » (capacité à charger sans relâche, voir définition plus haut) n’est en rien un signe de courage mais de désespoir et de souffrance.

    6 – La mise à mort n’est généralement pas provoquée par l’épée du matador mais par de nombreux coups de poignard sur l’animal à terre

    L’estocade consiste, pour le matador, à enfoncer son épée de 80 cm jusqu’à la garde entre le haut de la colonne vertébrale et l’omoplate droite. La plupart du temps, l’estocade n’est pas fatale et plusieurs épées sont plantées successivement jusqu’à ce que le taureau tombe à terre.

    corrida puntilla.jpgL’animal est ensuite achevé à coups de poignard (la puntilla), portés au niveau de la nuque pour atteindre le bulbe rachidien. Il faut parfois jusqu’à une trentaine de ces coups pour que le taureau succombe.

    7 – Les « trophées » sont souvent tranchés sur le taureau encore vivant

    Lorsque le matador obtient de prendre des trophées sur le taureau (une à deux oreilles, la queue), il n’est pas rare que l’animal soit encore vivant au moment où il est mutilé. Plusieurs documentaires filmés l’attestent.

    8 – Les taureaux qui refusent le combat sont également tués

    Il arrive qu’un taureau refuse le combat parce qu’il est terrorisé. Il tente de s’enfuir en courant autour de l’arène, essayant parfois de sauter par dessus la bordure. Il est alors poursuivi et acculé par les assistants (les peones) et le matador lui-même. Ils le criblent de coups d’armes blanches diverses jusqu’à ce qu’il meure.

    9 – Les taureaux « graciés » ne survivent pas non plus.

    En théorie, un taureau gracié parce qu’il a particulièrement « bien combattu » selon les canons de la tauromachie a droit à la vie sauve. En pratique, il est rare qu’il ne succombe pas rapidement par hémorragie en raison de ses nombreuses blessures, à l’abri des regards du public.

    corrida wspa.jpg

    Tous les faits rapportés ici sont solidement établis et reconnus par les aficionados eux-mêmes.

    Si vous pensez qu’aucun de ces faits ne vous semble en contradiction avec votre conception de la fête, de l’art, de la noblesse ou de la bravoure, voire même si leur description détaillée vous réjouit et vous donne envie d’aller voir des corridas, alors vous êtes un aficionado.

    Si vous pensez qu’un seul de ces faits est indigne, inacceptable ou révoltant, vous faites partie des 72% de Français qui souhaitent l’abolition définitive de la corrida, reconnue comme une torture animale par la loi française depuis 1850, punie de deux ans de prison et de 30 000 euros d’amende pour ceux qui la pratiquent, mais pourtant autorisée depuis 1951 par mesure d’exception dans une douzaine de départements du sud du pays. Pour agir efficacement, apportez votre soutien aux associations anticorrida, telles que le Comité Radicalement Anti Corrida (CRAC), la Fédération des Luttes pour l’Abolition de la Corrida (FLAC), l’Alliance Anticorrida, la Société Protectrice des Animaux et bien d’autres.

    Très bel article d’Ana Galore
    J’espère que la « crétine » a bien lu et si, après avoir lu, elle apprécie toujours autant le spectacle de la BARBARIE, il n’y a plus rien à faire pour elle, elle est définitivement insensible et sadique !!!!

    • Reply LO TAURE ROGE 31 mai 2015 at 0 h 05 min

      Comment croire à un tel ramassis de contres vérité et d’affabulations dès l’instant où Christine écrit dans sa conclusion « Tous les faits rapportés ici sont solidement établis et reconnus par les aficionados eux-mêmes. » ; j »adore en tant qu’aficionado les mots : FAITS – SOLIDEMENT ÉTABLIS – RECONNUS – EUX-MÊMES…
      Sans oublier son final… un véritable jugement de valeur !

  • Reply Specia 29 mai 2015 at 1 h 58 min

    Combien de ces gens qui sont contre les corridas ont vu une corrida ?
    Comment peut-on critiquer et aller jusqu’à souhaiter une interdiction de quelque chose qu’on ne connaît pas ?
    « Christine », par exemple, écrit des mensonges, des contre-vérités, des exagérations, des déformations …
    Je suis sûr qu’elle n’a jamais vu une seule corrida et que ces bobards débiles ne peuvent résulter que d’un copié-collé de choses écrites ou racontées par d’autres …
    Comme c’est triste de vouloir défendre ses idées (et faire interdire celles des autres) sans être crédible … puisqu’on n’a aucun argument exact et factuel !
    J’essaierai même pas d’expliquer la réalité de la corrida … Christine, comme beaucoup d’autres « anti » est définitivement obtuse, enfermée dans une fuite en avant sans rime ni raison.
    Triste, vraiment ! …. triste !
    Juste une question pour mot de la fin : chers « antis », ne pourriez-vous pas vous intéresser un peu aux finances du CRAC et de ses dirigeants ?
    Non-non-non … je ne dis pas qu’il y a des choses « anormales » … mais, quand même, renseignez-vous … Peut-être que le milieu taurin n’est pas seul à brasser de l’argent … ce qui voudrait dire que les corridas rapportent à tout le monde ??????

  • Reply Mélissa Tellaa 29 mai 2015 at 10 h 37 min

    Hello à tous.

    Je savais que cet article allait déchaîner les passions mais pas à ce point. Déjà merci à tous pour votre participation et vos commentaires. J’ai suivi cela un peu de loin (travail oblige), mais il est intéressant de lire différents avis sur ce sujet sensible qu’est la corrida. En revanche, les insultes, les jugements de valeurs de personnes qui ne me connaissent absolument pas et les commentaires sexistes ne font en aucun cas avancer le débat, et il est bien dommage de voir qu’Internet est devenu un défouloir. Merci donc de me respecter moi et mes opinions, ainsi que toutes les personnes qui apportent témoignages et analyses réfléchis sur cet espace.

    Je tiens donc à répondre moi aussi à certains commentaires injurieux et irrespectueux. Même si je comprends votre colère e respecte vos positions, rien ne vous donne le droit de me manquer de respect. Sur ce blog, qui est mon espace de liberté et d’expression, je ne m’interdis aucun sujet et assume pleinement le contenu et la portée de mes écrits.

    Avant d’écrire ce texte, j’ai pris le temps de digérer, d’analyser, et de comprendre mes émotions suite au spectacle auquel j’ai assisté ce week-end. N’en déplaise à certain, je ne suis pas une midinette aveuglée par l’amour qui apprécie quelque chose pour faire plaisir à mon homme. En tant que femme, je suis également attirée par des sujets divers et variés, et même si j’aime la cuisine et la mode, je m’estime tout à fait capable d’exprimer mon opinion sur bien d’autres thématiques. Je suis une adulte, qui est capable de penser par elle-même (oui oui). Depuis toujours, mes parents m’ont poussé à me faire ma propre opinion sur les choses, mes voyages m’ont également ouvert l’esprit.

    La corrida, j’ai vu, j’ai analysé, j’ai apprécié. Et non, je n’ai pas honte de le dire. Je pense qu’avec certaines personnes qui ont laissé des commentaires ici, le débat est stérile. Il n’y a pas débat lorsque l’on reste prostré sur ses positions, refusant d’écouter, de voir, de comprendre…et surtout en répétant bêtement ce que l’on a lu dans les journaux, ou pire, vu à la TV. Je pense qu’il y a tout un tas de personnes qui assistent à des corridas sans apprécier. Mais au moins, elles ont vu et peuvent émettre une opinion censée et réfléchie.

    Non, je ne vous ferai pas le plaisir de vous insulter à mon tour. Non, je ne vais pas me lancer dans une petite guerre inutile pro/anti. Au lieu d’imposer une pensée unique, efforçons-nous et donnons-nous les moyens de réfléchir, de penser, d’échanger et débattre comme les êtres intelligents que nous sommes. Et surtout, soutenons la liberté d’expression, sous toutes ses formes.

    Le monde est fait de diversité, de merveilles, de traditions, de cultures… respectez tout ça, et surtout, rappelez-vous que l’insulte est l’arme des faibles.

    Sur ce, je vous souhaite de passer une excellente fin de semaine, et espère vous revoir aussi nombreux sur le blog.

    • Reply Lise Temple Duval 30 mai 2015 at 15 h 59 min

      La cruauté de la corrida, ce n’est pas une opinion, c’est une atteinte à la morale, reconnue en France comme délit. Tout le reste n’est que cache-misère.

        • Reply Lise Temple Duval 31 mai 2015 at 17 h 45 min

          Vous êtes un peu imprudent, LTR, juriste autoproclamé, quand vous affirmez que j’écris n’importe quoi. Si tel était le cas, le rapporteur de la Cour Administrative d’Appel n’aurait pas tout récemment fait valoir que l’absence de publication de la fiche de la corrida à l’Inventaire du PCI valait abrogation de l’Inscription – effectuée subrepticement par un fonctionnaire pro corrida et malhonnête (pardonnez le pléonasme). J’ai donc un allié de poids dans la négation de l’existence de cette inscription.

          En ce qui concerne la nature délictueuse de la corrida, elle est rappelée dans le 5ème considérant de la décision du C.C. dont vous avez l’amabilité de nous donner le lien.  » Considérant que le premier alinéa de l’article 521-1 du code pénal réprime notamment les sévices graves et les actes de cruauté envers un animal domestique ou tenu en captivité ; que la première phrase du septième alinéa de cet article exclut l’application de ces dispositions [ la répression des actes de cruauté] aux courses de taureaux [qui restent délits] (…) »

          Si corrida n’était pas un délit, le code pénal spécifierait qu’il n’existe pas de (délit de) corrida dans les régions taurines, comme il spécifie qu’il n’existe pas de (délit de) vol entre époux. Désolée pour vous, mais ce n’est pas parce que « Aux termes des art. 132-58 et 132-59 du Code pénal, la dispense de peine est possible […] en matière de délit » que vous n’en commettez pas un en organisant des corridas, même soi-disant caritatives au profit de la peu regardante association ADOT34, par exemple.

  • Reply Bondex 29 mai 2015 at 12 h 04 min

    Il y en a qui ont vraiment beaucoup de temps libre pour s’acharner ainsi et répondre du tac au tac à chaque post publié. Pathétique.
    A oui au fait, lutter contre la corrida en aspérgeant un cheval de peinture… ce n’est pas très cohérent tout ça. Bref. http://www.corridasi.com/news/news.php?cat=0&id=9006&com=0

    • Reply Lise Temple Duval 30 mai 2015 at 15 h 56 min

      Terrible acte de cruauté en effet! C’est par masochisme que vous aimez vous ridiculiser?

  • Reply Cilou 29 mai 2015 at 12 h 53 min

    Je ne connais rien aux corridas. Je ne suis investie ni dans le pour, ni dans le contre. A priori je n’en vois pas l’intérêt et je trouve ça plutôt brutal, mais je ne suis pas une « anti » impliquée et j’ai d’autres combats à mener.

    Mais si la moitié de ce que dit Christine est vrai… alors on peut vraiment parler de torture. ça me fait moins mal que l’idée de ce que des enfants peuvent endurer de par le monde… il n’en reste pas moins que cette pratique, s’il est vrai que de telles douleurs sont infligées en amont et lors du tournoi, est barbare, sanglante, mais surtout, complétement inutile. C’est vraiment gratos. Je ne peux y voir que l’immense néant d’empathie dont l’Homme est capable pour le seul plaisir de sa distraction personnelle.

  • Reply Spanda 29 mai 2015 at 13 h 00 min

    La corrida est vouée à disparaitre et heureusement! je crains que vous n’aillez mal choisi votre petit ami et que votre amour pour lui vous ai fait perdre tous sens critique. ON NE TORTURE PAS PAR PLAISIR!
    Nul art où coule le sang, c’est pourtant simple à retenir et à comprendre.
    Bonne chance a vous quand même pour votre avenir, je souhaite pour vous et les taureaux qu’il change.

  • Reply Nini 29 mai 2015 at 13 h 11 min

    J’ai assisté à un combat de chiens il y a quelques années dans une cité du 92. C’était grandiose. Je me souviens particulièrement de ce fox-terrier qu’on a mis face à un rottweiler. Il a été vaillant jusqu’au bout, jusqu’à son dernier râle ; c’était beau ! Pourquoi ne pas faire rentrer cette activité dans le patrimoine culturel français ? Pour reprendre le post de Mélissa Tellaa : « Le monde est fait de diversité, de merveilles, de traditions, de cultures… respectez tout ça »

    • Reply Jen Jen 30 mai 2015 at 22 h 07 min

      Le problème avec votre commentaire c’est que combat de chiens et corrida ne sont pas une tradition… Arrèter de vouloir « piquer » les traditions des autres juste pour vous sentir existants… Bientôt vous allez nous sortir qu’il faut revenir au temps des gladiateurs, et des esclaves qui combattaient pour le sadisme de certains « grands » hommes…

  • Reply Géraldine 29 mai 2015 at 14 h 04 min

    Dit donc, votre vie doit être bien ennuyeuse , triste et vide…. Car pour se réjouir de la mort d’un être vivant, il faut quand même avoir un manque d’empathie, d’intelligence et de conscience.
    Vous êtes donc aveugle, et ne voyez que le côté « artistique »; costumes, musique, ambiance…..
    Et si on enlève tout ça il reste quoi?
    Un taureau qui a certainement été drogué, qui resté 2,3 jours dans le noir le plus total, à qui on a scié le bout des cornes.. Bref, trop de mutilations pour parler d’art « honorable ».
    Heureusement, la majorité de la population française ne pense pas comme vous. Nous continuerons le combat contre cette maltraitance animale. Profitez-en car la corrida, en France est entrain de vivre ses dernières années….
    Alors,
    La corrida, c’est ça: https://www.youtube.com/watch?v=Yr0pEXB_HgQ
    Les amateurs de ce genre de spectacle sont des sauvages, comme nous le montre cette vidéo; https://www.youtube.com/watch?v=X_dP8_73KPM

    On ne peut pas aimer ce genre de spectacle et être sain d’esprit. Pour le coup, le sadisme l’emporte.
    La violence engendre toujours la violence, je ne vous apprend rien.

    Basta corrida.

  • Reply martinez 29 mai 2015 at 14 h 08 min

    Je lis et j’ai honte, honte de la race humaine, honte de voir que nous n’avons pas évolué, trouver beaux une mort choisit pour un animal qui n’a rien demandé, honte de vous lire
     » patrimoine, culture… »
    Pourquoi n’avez-vous pas plus de compassion? Je ne comprends pas. Aimez-vous les enfants, un animal est un enfant, voyez-vous un enfant dans cette arène? si c’était la culture? Comme dans certains pays où il y a d’autres cultures aussi barbares. Ne voulez vous pas applaudir quelque chose de plus humaniste? Ou le mot mis à mort ne serait pas employé. Vous savez nous faisons l’histoire du alors changez-le. Je ne parle pas de religion mais bien de conscience, avez-vous des enfants? Alors svp montrez leur la vie et pas la mort. Montrez que le respect envers les êtres vivants et beaucoup plus important qu’un jeu. Vous aussi changez cela en comprenant que rien ne permet de décider de la mort. La terre est assez grande pour nous tous respectons les êtres qui y vivent. Votre ami vous a fait découvrir un jeu ou la mort est le final et vous soutenez ça. Soyez plus forte et réfléchissez un peux plus. Vous êtes une femme nous avons beaucoup d’amour sachez vous en servir.

    • Reply LO TAURE ROGE 31 mai 2015 at 0 h 15 min

      « un animal est un enfant »… sans oublier la dernière phrase ! Oser écrire de telles phrases il ne manque que celle-ci « les toros comme tous les animaux ont une âme » !

  • Reply DRAGO 29 mai 2015 at 15 h 23 min

    Faut vraiment pas être net pour assister à ces tueries. Les aficionamerdes devraient prendre la place du taureau et on verra s’ils apprécient autant le spectacle. C’est honteux ces pratiques du moyen-age et c’est l’enfer qui vous attend. Vous qui aimez vous repaître de la souffrance de ces pauvres bêtes vous méritez de subir la même chose. Je suis dégouté quand j’entend des conneries pareilles!!!!!

  • Reply Case 30 mai 2015 at 0 h 50 min

    la corrida est une escroquerie, l’ambiance de fête, les couleurs chatoyantes des costumes, la chaleur, la musique, l’alcool, les passes semblant faire  » danser » le taureau, et cette Mélissa s’est bien fait prendre: le picador a des allures de « combattants médiéval », l’animal  » lutte » et  » danse », le matador et le taureau  » s’affrontent », le taureau meurt en véritable « héros » dit elle etc , etc..
    J’ai froid dans le dos quand elle déclare que le public  » se régale »,  » le sang jaillit rouge vif contrastant avec la robe noire du taureau », elle se dit être » ivre et bouleversée »!
    Alors une seule question : pourquoi un animal devrait il être torturé jusqu’à la mort pour vous faire vivre d’intenses émotions?? car le taureau est un animal qui ressent la douleur autant que nous, prétexter qu’il ne ressent rien sous l’effet d’une intense peur est absolument ridicule, à ce moment là pas la peine d’avoir des anesthésistes dans les salles d’opération si la peur supprime la douleur! Qu’elle regarde de près ( voir les photos) le taureau embroché de toute part et dégoulinant de sang, qui finit par s’effondrer vidé de son sang!
    Elle parle de combat, d’affrontement, c’est le grand argument des aficionados.Iil n’y a aucun combat loyal, le taureau est retiré de force de son troupeau et de sa vie paisible, il est traîné dans l’arène et ne fait que DEFENDRE sa vie face à une horde d’individus qui l’attaquent à l’arme blanche selon une procédure perfectionnée depuis des siècles, face à une foule hystérique. Il n’a aucune chance, les statistiques parlent: 1 matador tué pour 45600 taureaux massacrés
    l’autre argument : c’est de » l’art », non, c’est du sadisme, du sadisme raffiné au plus haut point. l’art et la culture élèvent l’homme et n’en font pas un être assoiffé de violence, « ivre » dit elle, de violence! ( Eugène Delacroix:  » il n’y a pas d’art là où coule le sang »)
    En ce qui concerne la tradition, la aussi escroquerie, les corridas se sont implantées en France à l’époque de Napoléon III, la première a eu lieu à Bayonne en 1853 pour plaire à Eugénie de Montijo, la femme Andalouse de Napoléon III. Alors que l’on cesse de dire n’importe quoi et de faire croire n’importe quoi.
    Dans le récit fait par cette Mélissa , je n’y vois qu’une personne qui s’ouvre brusquement à des goûts sadiques, aucune empathie envers le taureau, aucun sentiment envers cet animal qu’elle ne considère même pas comme un animal normal, c’est un  » monstre » dit elle, et elle justifie tout par sa mort  » héroïque » alors qu’il est en fait humilié ( parfois même pas tout a fait mort on lui coupe les oreilles et la queue pour pavaner avec, il est traîné dans le sable des arènes comme un objet répugnant pour être évacué à l’extérieur) , elle n’a d’émotion que pour ELLE, pour cette ivresse qu’elle ressent, aucun recul, aucun raisonnement sur ce qu’elle est en train de voir réellement, et de ressentir.
    Qui se rend compte lors des corrida du rôle de la musique qui couvre les mugissements de souffrance de l’animal? Qui connaît, ou veut bien réfléchir sur la  » préparation  » du taureau avant son entrée dans l’arène? (cornes refaites pour être moins dangereuses, vaseline dans les yeux, piqûres excitantes, aiguilles cassées dans les testicules, coton enfoncé dans les narines pour lui rendre la respiration plus difficile, poids de 100 kg qu’on laisse tomber plusieurs fois sur les reins , sabots limés, parfois coins enfoncés entre les onglons , et coup de poignard dans les fesses au moment de sa sortie , il est où le  » combat loyal »?? On va me prétexter que c’est interdit, allez donc regarder les photos de la chute de Léa Vicens , regardez les cornes du taureau)
    Pour moi, la corrida est justement extrêmement dangereuse car elle fait surgir de l’individu les plus mauvais instincts sans même qu’il s’en rende compte……… dangereux pour une société……..

  • Reply Christine 30 mai 2015 at 2 h 37 min

    @Specia, le premier article que je cite vient d’un matador repenti, il me semble que celui-ci est assez bien placé pour parler de cette barbarie. le second vient d’Ana Galore qui a recueilli ses informations (je souligne bien « informations ») auprès de matadors repentis devenus antis. Il n’est pas trop tard pour l’auteure de ce texte si elle veut bien voir l’autre aspect des choses, tout ce qui se passe en coulisses, le jeu est faussé dés le départ. Avez-vous vu aussi comme les chevaux sont blessés par (parmi d’autres) votre belle Léa Vicente avec ses éperons « spéciaux » !!! je n’ai pas mentionné tout ceci par hasard, je suis investie corps et âme dans la protection animale, j’aime les animaux, je n’en mange pas et je n’en porte pas, je suis même devenue enquêtrice pour une Fondation de protection animale bien connue, je ne parle pas de ce que je connais pas. J’ai déjà un certain âge, voire même un âge certain. mes parents lors de vacances dans une des régions concernées, m’avaient traînée voir cette barbarie, c’était le folklore disaient-ils; les cris, l’odeur épouvantable, toute cette foule surexcitée et le pire de tout les meuglements de ce pauvre animal, mon père éleveur de chevaux a été écoeuré, moi je pleurais sans discontinuer, nous sommes sortis bien avant la fin traumatisés à vie, mon père, ma mère, mon frère et moi, cela fait 50 ans de ça !!!

    • Reply Chamayou 30 mai 2015 at 14 h 33 min

      Heu Christie , juste pour vous aider à être crédible sur un prochain commentaire: il n’y a pas d’odeur spéciale lors d’une corrida. les taureaux beuglent très rarement et les spectateurs sont la plupart du temps silencieux du moins jusqu’à la mort du taureau. Votre pseudo témoignage n’est du coup absolument pas crédible.

    • Reply LO TAURE ROGE 31 mai 2015 at 0 h 26 min

      « Traumatisée à vie » peut-elle nous donner le nom et prénom de ce repenti…

  • Reply OlwenMesnil 30 mai 2015 at 11 h 32 min

    « Mais à tous ceux qui critiquent cet art j’ai envie de leur dire : allez aux arènes, assistez au spectacle, parlez aux passionnés, lisez, informez-vous, allez voir les taureaux dans les élevages et là, vous comprendrez. »
    Rien ne justifie la torture à l’arme blanche sur des animaux. RIEN.

    Une idée de titre pour votre prochain article : « Pourquoi j’ai été aussi passive face à la souffrance d’un herbivore qui n’avait rien demandé ».

    « Le sang jaillit, et le rouge vif contraste avec la robe noire du taureau. » C’est une blague ? C’est pour faire rire les 2 lecteurs de votre blog ?

    Pathétique et pitoyable article.

  • Reply Chamayou 30 mai 2015 at 14 h 30 min

    Magnifique descriptif du ressenti que peuvent avoir els aficionados quant ils assistent à cet art qu’est la corrida. Les aigreurs de quelques liberticides n’y changent rien: semaines après semaines nous pouvons en ces périodes profiter de la beauté extraordinaire de ce spectacle qui met en valeur autant la beauté sauvage et noble du taureau que l’intelligence et la technicité de l’homme. Bravo et merci à vous pour nous avoir décrit cela de manière aussi claire.

  • Reply Lionel 30 mai 2015 at 16 h 08 min

    à Mélissa :
    j’interviens encore une fois, suite à votre réponse. juste pour vous dire encore ceci : Nos réactions ne remettent nullement en doute votre intelligence, mais votre capacité d’empathie.
    Après, reste à savoir ce qui est important à vos yeux.
    Lionel

  • Reply LO TAURE ROGE 31 mai 2015 at 0 h 19 min

    L’art de la Tauromachie réside dans la force, la bravoure et la noblesse du Toro de combat face à l’intelligence et l’élégance de l’Homme :

    https://www.youtube.com/watch?v=EhSZaaNXJyk

  • Reply Giac Delporte 31 mai 2015 at 19 h 59 min

    Digne d’une écolière en mal de reconnaissance et d’amour. Pitoyable. Aucune compassion, mièvre, plat, terne. Il vous a fallu attendre 24ans pour espérer briller un peu ? Manqué !

  • Donnez votre avis