Des bouts du monde, Voyages

Seychelles (Jour 1) : Stress et crise d’asthme

Ce soir, c’est le grand soir, nous partons pour 12 jours aux Seychelles. Les sacs sont prêts et la feuille de route est imprimée. Nous prenons le RER pour nous rendre à l’aéroport. Manque de bol, le RER est perturbé et roule très lentement. Notre avance se transforme petit à petit en retard et le stress commence à monter. Au bout d’un moment, c’est carrément la panique et nous arrivons tant bien que mal à l’aéroport. Nous entamons un sprint infernal pour arriver au comptoir d’enregistrement, qui s’apprête à  clôturer l’embarquement. L’hôtesse nous regarde avec ses gros yeux en nous précisant que c’était moins une. La panique, le stress et la course à travers l’aéroport Charles de Gaulle m’ont déclenché une crise d’asthme monumentale. Comme je n’en ai pratiquement jamais, je n’ai bien évidemment pas d’aérosol avec moi. Une fois dans la salle d’embarquement, Chris va me chercher un verre d’eau mais rien n’y fait, je suis au plus mal.
Nous prenons place dans l’avion de la compagnie Emirates qui nous conduit à Dubaï. Comme nous sommes les derniers clients enregistrés, nous n’avons pas de place à côté. Heureusement, un gentil monsieur accepte d’échanger sa place. L’avion est confortable. Ecran et écouteurs perso, repas, boissons… nous sommes chouchoutés.

Nous arrivons à Dubaï au petit matin pour 2 heures d’escale. On en profite pour faire les boutiques et acheter  quelques bricoles rigolotes. Les deux heures passent très vite et il est temps de prendre notre vol pour Victoria, la capitale des Seychelles située sur l’île de Mahé. Il n’y a quasiment que des couples, comme c’est cliché  !  Le vol, qui dure 4 heures, nous semble durer une  éternité tellement nous sommes impatients. L’avion commence finalement à perdre de l’altitude et c’est un magnifique  spectacle que nous admirons à travers le hublot. Nous arrivons enfin à Mahé. Dès notre descente sur le tarmac, nous sentons la chaleur nous envelopper. Emmitouflés dans notre jean et nos baskets, nous avons hâte de pouvoir nous changer. Mais notre périple est loin d’être terminé. Alors que nous faisons la queue au comptoir de l’immigration pour nos visas, j’entends mon nom dans les hauts parleurs. Je suis attendue au comptoir des bagages. Ce n’est pas bon signe. En effet, mon sac est arrivé mais pas celui de Chris. Il n’est jamais parti de Paris.  Comme nous avons 3 heures à tuer avant notre vol pour l’île de Praslin, nous nous rendons dans les bureaux d’Emirates pour les formalités administratives. On donne à Chris la somme de 50 euros pour s’acheter quelques vêtements et on nous promet que son sac sera livré le lendemain en fin de matinée à l’hôtel. Ce petit incident nous embête un peu mais l’amabilité et la gentillesse des personnes à qui nous avons affaire dédramatise l’incident. Chris achète donc un short de bain, des claquettes et un t shirt pour la journée du lendemain. Nous avons encore pas mal d’attente avant de pouvoir embarquer pour notre prochain vol. Crise de fou rire général avec les autres touristes lorsque nous découvrons notre avion. Un petit coucou d’une dizaine de place. Après quelques minutes de panique lors du décollage, la vue et les paysages nous coupent le souffle. Après 15 minutes de vol, nous arrivons à Praslin. C’est la pluie qui nous accueille. Nous partons en quête d’un taxi. Notre chauffeur nous explique que la pluie ne va pas durer et nous donne quelques conseils sur les choses à voir et à faire à Praslin.
C’est exténués que nous arrivons à l’hôtel (Colibri Guest house). Après un chek in rapide, nous découvrons enfin notre chambre. Tout en bois, notre petit chalet est doté d’une grande terrasse qui donne sur l’océan. La vue nous apaise et nous sommes heureux de profiter d’un tel emplacement. Nous nous rafraichissons rapidement et direction la piscine pour une petite baignade  bien méritée. Il est presque 18h et le soleil se couche. Nous profitons de ce magnifique coucher de soleil depuis la piscine.
Nous rentrons ensuite nous relaxer et nous changer avant le repas. Comme nous n’avons pas loué de voiture (mon instinct a eu raison, je n’aurai pas survécu à la conduite Seychelloise), nous sommes en demi pension. La salle de restaurant, sur pilotis, surplombe l’océan. De jolies fleurs ornent notre table. Le buffet est bon et la serveuse adorable. C’est exténués que nous allumons la clim et bercés par le clapotis des vagues, nous nous endormons. Mon asthme m’empêche malheureusement de bien dormir.
Article précédent Article suivant

Vous devriez aimer...

3 commentaires

  • Reply lemaire j luc 17 novembre 2012 at 22 h 02 min

    les soucis sont terminés eclatez vous bises a vous 2

  • Reply Chris 17 novembre 2012 at 22 h 02 min

    c’est clair que c’était chaud le RER !
    on a mm prévenu l’enregistrement que d’autres personnes allaient arriver mais rien à faire, ils en rigolaient^^
    pourtant c’était tot comme on nous a dit la sécurité..mais bon
    et tout ça pour oublier mon sac au final lol ! et provoquer de l’asthme pendant plusieurs jours à mel …quel bande de sous-doués !

    enfin heureusement, ce fut ensuite que du bonheur !
    j’ai l’impression d’y retourner d’ailleurs en lisant ça lol, c’est trop bien retranscrit 😉 !

  • Reply Hélène 17 novembre 2012 at 22 h 02 min

    Oulah ! les vacances commençaient sous le signe des soucis, entre le stress du RER, l’asthme et le sac de Chris… j’espère que ça a été plus cool une fois là-bas et que vous avez pu vous détendre avec cette vue magnifique !

    Hâte de lire la suite !

  • Donnez votre avis