Des bouts du monde, Voyages

Seychelles (Jour 5) : A la découverte du Coco Fesse

Ce matin, après un bon petit déjeuner, nous partons à 10h avec Pascal et Marie-Chantal en voiture en direction de la fameuse Vallée de Mai.
Vingt hectares de forêt tropicale primaire répartie sur des collines au Sud-Est de l’île de Praslin, une épaisse végétation constituée pour un quart par les fameux cocotiers de mer, uniques au monde, qui produisent un fruit convoité, le coco-fesse, considéré comme le fruit le plus lourd du monde, entre 15 et 25 kg… Bienvenue au cœur de la Vallée de Mai.
Pour visiter ce parc protégé par l’UNESCO, nous nous adressons à un guide, Albert, qui attend les touristes à l’entrée des parcs et dont notre chauffeur de taxi du premier jour nous a parlé. Pour 50 euros, il nous propose de nous faire visiter la Vallée. Nous sommes donc tous les 4 avec lui pour découvrir ce lieu qu’il connaît comme sa poche.
Il est très drôle et ses explications sont précieuses. Seuls, nous serions passés à côté de plein de choses. Il nous explique l’histoire du fameux coco fesse, son origine, son développement, son mode de reproduction… (on l’appelle Coco fesse car la forme de sa noix rappelant celle d’un fessier, en a fait un symbole sexuel, et elle est parfois consommée comme aphrodisiaque*) et nous montre plusieurs espèces de palmiers de la Vallée de Mai. Il nous fait découvrir plusieurs espèces de plantes donc la citronnelle, la vanille…qui poussent un peu partout dans ce lieu magique. Ici règnent des dizaines d’espèces végétales maintenues dans un état sauvage mais contrôlé.
Après une bonne heure d’explications, Albert nous laisse continuer la ballade à travers la forêt. Les rayons du soleil ont du mal à passer à travers toute cette végétation mais l’air est chaud et moite. Nous transpirons à grosses gouttes mais apprécions tellement ce lieu que nous nous motivons pour effectuer le grand parcours. Les arbres sont majestueux. Nous entendons le rare et précieux Perroquet noir (unique au monde) mais sans l’apercevoir. En revanche, nous tombons sur des petites copines à 8 pattes assez impressionnantes. Mais pas de panique, aux Seychelles, aucune espèce d’animale n’est venimeuse ou dangereuse.  Notre excursion au cœur de cette nature préservée nous enchante. Nous sommes comme coupés du monde. On se sent tout petit à travers cette cathédrale végétale et nous sommes peinés de devoir quitter ce monde féérique.

Mais il est temps pour nous de quitter Pascal et Marie-Chantal. Nous décidons de prendre le bus pour visiter la plage de Grande Anse. Une fois sur place (nous sommes dimanche et beaucoup de boutiques sont fermées), nous galérons à trouver un take away. Il est 15h lorsque nous en dégotons un. Il n’y a plus grand-chose à manger mais la vendeuse racle les fonds de casseroles pour nous servir un copieux déjeuner. Nous nous installons sur la plage avec notre pique nique. La plage nous déçoit un peu, il y a beaucoup de détritus mais le paysage est sublime. Nous sommes bientôt rejoint par un homme qui vient nous parler de son île, tout naturellement. En bon Européen, nous nous sommes d’abord méfié, trop peu habitués à tant de gentillesse, d’échange et de proximité.  Il nous explique plein de choses sur les cocotiers et nous demande ce que nous avons déjà visité à Praslin. Les Seychellois ont le contact facile et aiment discuter avec les touristes.

Il est temps pour nous de rejoindre la guest house. Nous reprenons donc le bus dans le sens inverse. Nous nous reposons sur les transat au bord de la piscine. C’est notre dernière soirée sur Praslin et je suis un peu nostalgique. Notre chambre et la vue sont tellement magnifiques. C’est donc le cœur lourd que je fais mon sac et écrit ces quelques mots en regardant la mer. Mais demain, d’autres aventures nous attendent.

*En savoir un peu plus sur le Coco Fesse
La coco fesse pousse sur un palmier que l’on trouve uniquement au Seychelles sur l’île de Praslin. Elle a  été appelée ainsi parce qu’elle fait penser à  un bassin féminin. On connaissait la graine depuis un certain temps, cette dernière s’échouant fréquemment sur les plages indiennes. Certains pensaient alors qu’elles provenaient des îles Maldives ; d’autres prétendaient qu’elles se détachaient d’arbres vivant au fond de la mer, d’où aussi leur nom de  cocos de mer . Il faut toutefois attendre la fin du XVIIIe siècle pour que l’expédition Marion Dufresne découvre en 1768 le palmier sur un îlot des Seychelles baptisé Praslin (ils ne poussent que sur cette île et sur l’île Curieuse). Les arbres sont soit mâles, soit femelles. Les mâles ont des épis cylindriques de 1 à 2 mètres de longueur parsemé de fleurs en forme de petites étoiles jaunes. Les épis femelles font également entre 1 et 2 mètres de long et portent 5 à  13 grosses fleurs verdâtres. L’ensemble constitué du fruit et de la noix pèse de 10 à  22 kilos (c’est l’un des plus gros fruits du monde). Ils demeurent sur le tronc pendant 5 à  8 ans, puis tombent sur le sol.

Article précédent Article suivant

Vous devriez aimer...

2 commentaires

  • Reply Anonymous 15 novembre 2012 at 22 h 24 min

    Excellent !

  • Reply Hélène 17 novembre 2012 at 22 h 00 min

    Je suis p’t être la seule à être allée voir une carte pour situer Praslin et vos escapades, mais wala jtrouve qu’il manque une carte pour vous suivre ! ^^

    A bientôt pour la suite ! 🙂

  • Donnez votre avis