Des bouts du monde, Voyages

Shopping et sanctuaire

Chris est parti pour deux jours alors j’en profite pour flâner et prendre mon temps. Je déambule dans les petites rues du quartier près de l’hôtel. J’aime observer les gens, leurs habitudes… Les marchands ambulants offrent un spectacle de chaque instant. Je m’arrête pour observer les plats qui dégagent une odeur délicieuse, j’achète quelques fruits frais en guise de repas et j’admire les sportifs prendre un cours de fitness dans la rue…
Je me perds dans les immenses centres commerciaux. Si le Siam Center est un véritable temple du luxe, le MBK est beaucoup plus abordable. C’est une  tentation de tous les instants tant les prix sont attractifs. Mais je laisse ma fièvre acheteuse de côté. En effet, mon sac est déjà bien plein et je ne peux pas me permettre de le surcharger. Je craque cependant pour un pantalon léger à 200 bats. Celui-ci sera bien pratique pour visiter les temples, les shorts étant prohibés.

Je m’aventure également vers une autre partie du quartier, vers le National Stadium. J’entre dans un supermarché local et oh surprise, cette fois, je suis la seule « blanche ». J’en profite pour déambuler dans les rayons et m’acheter quelques boissons et gâteaux pour mon petit déjeuner.

Les 38° me pèsent un peu et je passe à l’hôtel pour me rafraîchir.

Je décide ensuite de marcher jusqu’au sanctuaire d’Erawan, conseillé dans le Lonely Planet. L’odeur d’encens qui envahit l’air m’indique que je suis au bon endroit. Moi qui cherchais un temple, je suis surprise de découvrir ce lieu de prière en plein air, devant l’hôtel Hyatt et un centre commercial de luxe.  Dès l’approche, les vendeurs d’offrandes envahissement les trottoirs. Les vendeurs de loterie et d’oiseaux en cage ne laissent qu’un étroit passage pour rejoindre la foule dense qui s’active autour de l’autel. Peu de touristes non asiatiques sont présents et j’ai l’impression d’assister à quelque chose d’unique. Je me mets discrètement dans un petit coin pour observer les dévots sans les déranger. Il y a foule autour de ce sanctuaire construit en 1956 comme partie intégrante de l’hôtel Erawan (propriété gouvernementale), afin de conjurer le mauvais sort qu’on croyait causé par le fait d’avoir commencé les fondations à une date non propice.

Les croyants allument des bâtons d’encens, déposent des colliers de jasmin ou dorent la statue de Brahma à la feuille d’or. Elle étincelle sous le soleil et les reflets d’or m’hypnotisent. Une troupe de danseurs y fait des représentations presque continuelles pour honorer l’Esprit du lieu. Je regrette de n’avoir pas voulu m’encombrer avec l’appareil photo mais cela me permet de vivre l’expérience à fond et de profiter de cette animation continuelle. Le temple est en effet très fréquenté et les croyants ont bien du mal à trouver de la place pour accrocher leurs offrandes…
Ces deux jours m’ont donc permis de me fondre un peu dans la masse, d’observer et de flâner, chose que je fais rarement en voyage, faute de temps… 
Article précédent Article suivant

Vous devriez aimer...

1 commentaire

  • Reply Hélène 20 février 2013 at 19 h 16 min

    C’est un plaisir de te lire et de voir que tes premiers pas tout-là-bas sont autant de belles découvertes !
    C’est un chouette rythme d’avoir le temps de prendre le temps ! 😉

  • Donnez votre avis