City break, Voyages

Un petit tour à Edimbourg

Samedi matin, nous décidons de faire une mini grasse matinée et ce n’est que vers 10h que nous quittons l’appartement. Direction un petit coffe shop d’High Street pour un petit déj à emporter. Muffins cranberries et chocolat chaud sont la bienvenue. Bien que le temps soit magnifique et que le soleil soit au rendez-vous, le froid est bien là. Nous nous dirigeons vers le haut d’High Street, pour visiter le château qui surplombe la ville. En chemin, nous nous attardons ¼ d’heure devant un joueur de bagpipes (cornemuse), habillé en tenue traditionnelle. Ses airs sont magnifiques. Chris en profite pour faire une photo avec lui et lui glisser un petit mot sympa sur sa musique. C’est un véritable enchantement. Nous lui donnons un peu de monnaie et reprenons notre marche.
Nous avions acheté sur le site du château des billets coupe file. Bonne initiative qui nous a fait gagner beaucoup de temps. Au moins 40 minutes de queue pour acheter les billets. Comme nous n’avons pas beaucoup de temps, nous n’avons pas pris l’audio-guide. Cependant, je le conseille si jamais vous avez une vraie demi-journée à consacrer à la visite des lieux.
Car la collection est riche. On trouve plusieurs expositions et cérémonies à l’intérieur du château, parmi lesquelles les Honours of Scotland, là où se trouvent les bijoux de la couronne d’Ecosse, le mémorial national d’Écosse de la guerre, la St.Margaret’s Chapel, l’immeuble le plus ancien de la forteresse, la chambre de la reine Mary Stuart ou encore les anciennes prisons.
La vue depuis le château est magnifique. On peut y voir toute la ville ainsi qu’Arthur Seat, un ancien volcan qui surplombe la ville. Arthur’s Seat est souvent mentionnée comme un des sites possibles pour Camelot, le château légendaire du roi Arthur et des chevaliers de la Table Ronde.
C’est vers 13h que nous quittons le château. Il nous reste encore beaucoup de choses à voir donc nous pressons le pas. Direction le bas d’High Street, pour admirer Holyrood Palace. Il a servi comme résidence principale des rois et reines d’Écosse depuis le 15ème siècle ainsi qu’à la reine Élisabeth II lors de ses séjours en Écosse. Par manque de temps, nous ne le visitons pas.
Nous décidons de rejoindre à pieds la nouvelle ville. Il commence à faire faim mais nous voulons éviter les lieux touristiques. Notre choix se porte sur un petit fast food. Nous nous réchauffons avec nos sandwichs chauds et nos pâtisseries à tomber. Le gérant est très sympathique et nous discutons 5 minutes avec lui.

Mais il est grand temps de repartir. A 100 mètres d’altitude, Calton Hill, ancien relief volcanique, offre une vue superbe sur Edimbourg. Au sommet de la colline, se trouvent divers monuments comme À son sommet sont bâtis différents bâtiments, dont deux observatoires, une tour en la mémoire de Horatio Nelson, le Royal High School (qui aurait dû abriter le parlement à une époque), et le National Monument, dont le modèle est le Parthénon d’Athènes, mais qui reste inachevé. Le surnom Athènes du Nord donné à Édimbourg vient entre autres de ce monument.

L’occasion de prendre un bol d’air et d’admirer la vue. Mais également de rire un bon coup. Une bande de potes, dont la moitié était en caleçon, ont appris les pas d’une chorégraphie, aidés par le whisky,  qu’ils ont ensuite effectuée sur les marches du National Monument.
Nous sommes ensuite redescendus pour parcourir deux autres artères importantes : Princes Street et Queen Street. Princes Street est devenue depuis la principale rue commerçante d’Édimbourg. Nous en profitons pour faire du lèche vitrine. Mais la nuit tombe déjà sur la ville et le froid s’intensifie. Direction Costa pour un bon thé bien chaud…et des petits plaisirs sucrés (oui, encore !).
Nous passons quelques instants à l’appartement pour nous reposer et nous réchauffer. Nous avions repéré un pub la veille qui sera notre destination ce soir. En effet, comment ne pas goûter la spécialité locale, le haggis ? Alors pour ceux qui ne connaissent pas, la définition officielle du haggis est la suivante : « panse de brebis farcie « . Moé pas très ragoûtant. Pour accompagner le tout, nous nous offrons quelques bières locales. Bon je vous rassure tout de suite, de nos jours, les restaurateurs servent le haggis de façon très moderne, à la façon d’un hachis Parmentier. Le plat est bien épicé et cela n’est vraiment pas désagréable.
Nous faisons quelques pas pour digérer mais nous devons nous coucher très tôt car demain la journée commence à 6h30 ! Malheureusement, la nuit fût agitée. Car si loger en plein centre ville offre de très nombreux avantages, elle offre un inconvénient de taille le samedi soir : les fêtards !

Article précédent Article suivant

Vous devriez aimer...

Pas de commentaires

Donnez votre avis