Vous êtes dans la catégorie

City break

City break

Lisbonne : 5 bons plans et astuces pour un week-end réussi

Le week-end dernier, l’homme et moi avons visité la belle Lisbonne. Si la pluie a un peu joué les troubles fêtes, la beauté de la ville nous a vite fait oublié ce petit désagrément. Quel dépaysement. Nous sommes en plus tombé pendant les fêtes de Saint Antoine. C’était la folie dans les rues. Ambiance féria puissance mille. Ce city break nous a enchanté.

Voici donc cher visiteur mes 5 commandements pour un week-end à Lisbonne réussi !

Lire la suite

City break, Voyages

En mode Skyfall dans les Highlands

Ce matin, debout 6h30. Nous avons rendez-vous à 7h50 sur High Street devant l’agence Rabbie’s, avec laquelle nous avons réservé un tour dans les Highlands.
En effet, 3 jours c’est très court et je ne me sentais pas de louer une voiture, rouler sous la pluie sur des routes escarpées sur 500 kilomètres.
Nous prenons donc place dans notre confortable bus de 16 places. La moitié des passagers sont Français, les autres sont Australiens et une jeune Polonaise complète le lot. Notre chauffeur guide est une vraie mine d’informations. Une encyclopédie vivante. Légendes, histoires d’Ecosse, d’Europe, littérature, cinéma, musique…ce sympathique rouquin est incollable sur bien des sujets.
C’est donc sous le soleil que nous prenons la route. Nous sortons d’Edimbourg en direction du Nord Ouest. Nous passons pas Linlitgow Palace, lieu de naissance de la reine d’Ecosse Marie. Plus loin, nous apercevons de la route le Wallace Monument érigé en l’honneur de William Wallace (bon tous les cinéphiles qui ont vu le Braveheart de Mel Gibson ont une vague idée de qui était ce fameux Wallace).
Vers 9h30, nous nous arrêtons pour une première pause café à Callander. Nous en profitons pour nous dégourdir les jambes et faire quelques photos.
Nous repartons en direction de la frontière des Highlands. Les paysages changent déjà. Nous quittons les prairies ondulées pour la forêt, la montagne et surtout la lande. Nous contournons un groupe de collines appelées Breadalbane, qui appartenaient autrefois au clan Campbell (oui comme le Whisky bande d’alcooliques) !
Les paysages sont incroyables. Nous pénétrons ensuite dans Rannoch Moor. Bruyères, rochers et cimes enneigées composent le paysage. Dans cette région, pas âme qui vive. D’après notre guide, même les moutons sont absents de cette région très rude. Ces terres sauvages sont enivrantes et on ne se lasse pas d’admirer la vue. Nous faisons plusieurs arrêts avec des points vue incroyables pour prendre quelques photos. La neige qui recouvre le sommet des montagnes se fait bien sentir. Le vent est glacé, ce qui rajoute un certain charme à l’endroit (enfin ça c’est mon impression hein).
Nous arrivons enfin dans la vallée la plus célèbre d’Ecosse, Glencoe. Les cinéphiles reconnaîtrons immédiatement ce paysage. Daniel Craig et Judi Dench ont en effet tourné la scène d’arrivée en Aston Martin DB5 dans le manoir Skyfall Lodge dans les dernières aventures cinématographiques de James Bond à cet endroit. Mais Glencoe est surtout connue pour son triste massacre en 1689. C’est ici que le clan des MacDonalds fut anéanti par le neveu du roi Jacques VII.
A Glencoe, nous sommes surpris de découvrir en regardant les montagnes des stations de ski !
Nous continuons notre chemin et passons sous la montagne la plus haute de Grande-Bretagne, Ben Nevis. Nous traversons ensuite Fort William avant de faire notre pause déjeuner à Fort Augustus, sur la rive gauche du Loch Ness. Alors petit cours de prononciation : Loch se prononce Lor en écossais. Si le Loche Ness est connu dans le monde entier grâce à sa créature, Nessie, nous avons aperçu de très nombreux Loch, tout aussi magnifiques, le long de notre parcours.
Les autres membres du groupe prennent d’assaut les restaurant du village alors que Chris et moi, faute de budget, nous dirigeons vers un take away qui nous sert un excellent fish & chips, que nous dégustons dehors. La pluie commence à pointer le bout de son nez et nous nous réfugions dans le petit supermarché en attendant de pouvoir rejoindre notre bus. Au passage, nous admirons les écluses du canal Calédonien.

Il est temps de faire la route vers Edimbourg. Au menu, plusieurs escales dans des lieux magnifiques : forêts, cascades, villages atypiques…et notre inépuisable guide qui n’est décidément pas fatigué, contrairement à nous.
C’est vers 19h30 que nous rejoignons la ville. Très fatigués, nous passons par Subway pour nous prendre un sandwich que nous dégustons dans l’appartement. Nous préparons nos sacs pour le départ du lendemain.
Lundi matin, nous sortons vers 9h00. Direction notre petit coffee shop d’High Street pour un bon petit déjeuner. Nous marchons ensuite jusqu’au Scott monument. Il a été édifié en l’honneur de Sir Walter Scott, grand écrivain né dans la ville.
Et surprise, une cérémonie s’y tenait. En effet, les anciens vétérans fêtaient un peu en avance le Jour du Souvenir, ou Poppy Day. Aussi connu comme jour de l’Armistice, c’est une journée de commémoration annuelle observée en Europe et dans les pays du Commonwealth pour commémorer les sacrifices de la Première Guerre mondiale ainsi que d’autres guerres. Un orchestre était donc présent et tous les militaires et habitants portent fièrement pendant le mois de novembre un coquelicot en papier du côté gauche. Dans les pays du Commonwealth, le coquelicot est un symbole associé à la mémoire de ceux qui sont morts à la guerre. Le jour du Souvenir y est l’occasion de ventes de coquelicots en papier au bénéfice des anciens combattants. C’est l’année dernière, lors de ma journée à Londres mi-novembre, que j’ai eu connaissance de cette tradition du coquelicot.

Nous restons un petit moment, avant de prendre la navette pour l’aéroport. C’est donc là que s’achève notre séjour à Edimbourg.
 
Bilan

Points +
 –
La ville et son architecture
– De nombreuses choses à voir et visiter
– Le tour 1 journée dans les Highlands, très pratique lorsqu’on ne veut pas conduire
– Le logement en plein centre ville
– L’ambiance de la ville
– Les légendes et histoires de fantômes

Points –
– Comme dans toutes les ville d’Europe, la vie est chère (trop chère). Prévoir un bon budget
– La durée. Pour apprécier toutes les merveilles d’Edimbourg, 2 ou 3 jours complets sur place son nécessaires

City break, Voyages

Un petit tour à Edimbourg

Samedi matin, nous décidons de faire une mini grasse matinée et ce n’est que vers 10h que nous quittons l’appartement. Direction un petit coffe shop d’High Street pour un petit déj à emporter. Muffins cranberries et chocolat chaud sont la bienvenue. Bien que le temps soit magnifique et que le soleil soit au rendez-vous, le froid est bien là. Nous nous dirigeons vers le haut d’High Street, pour visiter le château qui surplombe la ville. En chemin, nous nous attardons ¼ d’heure devant un joueur de bagpipes (cornemuse), habillé en tenue traditionnelle. Ses airs sont magnifiques. Chris en profite pour faire une photo avec lui et lui glisser un petit mot sympa sur sa musique. C’est un véritable enchantement. Nous lui donnons un peu de monnaie et reprenons notre marche.
Nous avions acheté sur le site du château des billets coupe file. Bonne initiative qui nous a fait gagner beaucoup de temps. Au moins 40 minutes de queue pour acheter les billets. Comme nous n’avons pas beaucoup de temps, nous n’avons pas pris l’audio-guide. Cependant, je le conseille si jamais vous avez une vraie demi-journée à consacrer à la visite des lieux.
Car la collection est riche. On trouve plusieurs expositions et cérémonies à l’intérieur du château, parmi lesquelles les Honours of Scotland, là où se trouvent les bijoux de la couronne d’Ecosse, le mémorial national d’Écosse de la guerre, la St.Margaret’s Chapel, l’immeuble le plus ancien de la forteresse, la chambre de la reine Mary Stuart ou encore les anciennes prisons.
La vue depuis le château est magnifique. On peut y voir toute la ville ainsi qu’Arthur Seat, un ancien volcan qui surplombe la ville. Arthur’s Seat est souvent mentionnée comme un des sites possibles pour Camelot, le château légendaire du roi Arthur et des chevaliers de la Table Ronde.
C’est vers 13h que nous quittons le château. Il nous reste encore beaucoup de choses à voir donc nous pressons le pas. Direction le bas d’High Street, pour admirer Holyrood Palace. Il a servi comme résidence principale des rois et reines d’Écosse depuis le 15ème siècle ainsi qu’à la reine Élisabeth II lors de ses séjours en Écosse. Par manque de temps, nous ne le visitons pas.
Nous décidons de rejoindre à pieds la nouvelle ville. Il commence à faire faim mais nous voulons éviter les lieux touristiques. Notre choix se porte sur un petit fast food. Nous nous réchauffons avec nos sandwichs chauds et nos pâtisseries à tomber. Le gérant est très sympathique et nous discutons 5 minutes avec lui.

Mais il est grand temps de repartir. A 100 mètres d’altitude, Calton Hill, ancien relief volcanique, offre une vue superbe sur Edimbourg. Au sommet de la colline, se trouvent divers monuments comme À son sommet sont bâtis différents bâtiments, dont deux observatoires, une tour en la mémoire de Horatio Nelson, le Royal High School (qui aurait dû abriter le parlement à une époque), et le National Monument, dont le modèle est le Parthénon d’Athènes, mais qui reste inachevé. Le surnom Athènes du Nord donné à Édimbourg vient entre autres de ce monument.

L’occasion de prendre un bol d’air et d’admirer la vue. Mais également de rire un bon coup. Une bande de potes, dont la moitié était en caleçon, ont appris les pas d’une chorégraphie, aidés par le whisky,  qu’ils ont ensuite effectuée sur les marches du National Monument.
Nous sommes ensuite redescendus pour parcourir deux autres artères importantes : Princes Street et Queen Street. Princes Street est devenue depuis la principale rue commerçante d’Édimbourg. Nous en profitons pour faire du lèche vitrine. Mais la nuit tombe déjà sur la ville et le froid s’intensifie. Direction Costa pour un bon thé bien chaud…et des petits plaisirs sucrés (oui, encore !).
Nous passons quelques instants à l’appartement pour nous reposer et nous réchauffer. Nous avions repéré un pub la veille qui sera notre destination ce soir. En effet, comment ne pas goûter la spécialité locale, le haggis ? Alors pour ceux qui ne connaissent pas, la définition officielle du haggis est la suivante : « panse de brebis farcie « . Moé pas très ragoûtant. Pour accompagner le tout, nous nous offrons quelques bières locales. Bon je vous rassure tout de suite, de nos jours, les restaurateurs servent le haggis de façon très moderne, à la façon d’un hachis Parmentier. Le plat est bien épicé et cela n’est vraiment pas désagréable.
Nous faisons quelques pas pour digérer mais nous devons nous coucher très tôt car demain la journée commence à 6h30 ! Malheureusement, la nuit fût agitée. Car si loger en plein centre ville offre de très nombreux avantages, elle offre un inconvénient de taille le samedi soir : les fêtards !

City break, Voyages

A la recherche des fantômes d’Edimbourg

Vendredi 2 novembre en fin d’après-midi, nous nous sommes envolés pour Edimbourg, la capitale de l’Ecosse.
Nous sommes donc arrivés en début de soirée. Après avoir retiré quelques livres sterling au distributeur, nous nous dirigeons vers la navette qui relie l’aéroport et la ville, où une foule de gens attend sagement, et en rang, de pouvoir monter dans le bus. Car nous allons l’apprendre très vite, faire la queue est une institution en Ecosse. Et pour un Français habitué au chaos et au désordre, cela surprend, dans le bon sens.
En 30 minutes, nous rejoignons le centre ville. Nous n’avons pas de mal à trouver la rue où se situe l’appartement de Ian, notre logeur. Après Amsterdam, nous avons en effet décidé de renouveler l’expérience Air B&B. Pour ceux qui ne connaissent pas, le principe est très simple. des particuliers mettent en location leurs appartements. Certains biens sont authentifiés par Air B&B et les risques d’arnaques sont minimes. L’appartement de Ian, très moderne et confortable, se trouve sur Cockburn Street, une rue perpendiculaire à High Street, la rue principale de la vieille ville. En arrivant près de la porte, nous croisons Ian et son amie qui reviennent du restaurant. Ils nous font donc une rapide visite des lieux, nous expliquent les choses à savoir et les lieux à visiter pendant notre séjour.
Et notre immersion dans la ville d’Edimbourg commence le soir même. Après un rapide repas dans un restaurant Thaï (pas très typique, mais rapide et pas très cher), nous nous dirigeons près de la Cathédrale Saint Gilles. Nous avons en effet rendez-vous pour notre Ghost Tour. Vous n’êtes pas sans savoir que l’Ecosse est une terre de légendes et les histoires surnaturelles sont très prisées. Lieux hantés, fantômes et ghouls font partie de la culture populaire. Nous avons donc réservé notre tour avec Mercat tours. Notre guide pour la nuit (il est 22h), Jared, porte une longue cape noire et parle d’une voix rauque. C’est un vrai acteur, qui vit les histoires qu’il raconte, n’hésitant pas à y e mettre le ton. C’est donc avec humour qu’il nous guide à travers la vieille ville et dans les caves souterraines, qui pullulent à Edimbourg. Le tout éclairé à la bougie. Pas toujours facile de tout comprendre avec son magnifique accent écossais, mais la visite est très sympa, malgré le froid glacial. C’est sur Blair Street que notre guide nous abandonne.
C’est complètement gelés que nous rejoignons notre appartement. Comme le système de chauffage est très compliqué, nous n’avons jamais réussi à réchauffer l’appartement. Mais la fatigue et le lit moelleux et douillet nous emportent dans un profond sommeil. Pas de cauchemar malgré les histoires de fantômes entendues plus tôt…