Tous les articles liés à

Bangkok

Des bouts du monde, Voyages

Une fois, pas deux…

Bon c’était le premier jour, on s’est fait avoir comme des bleus (certains ont du bien rire en lisant mon premier article sur Bangkok). Depuis, on a appris à se méfier, des Thaï et des Français malhonnêtes ! Je partage donc l’info pour éviter à d’autres de se faire rouler !

A lire : attention arnaques !

http://www.routard.com/forum_message/1591375/attention_aux_arnaques_sur_les_bijoux.htm

Des bouts du monde, Voyages

Palais royal et Wat Arun

Bon j’ai pris pas mal de retard donc je reviens sur la journée du jeudi 21 février. Chris célèbre le mariage à l’ambassade et me rejoint à l’hôtel vers 13h30. Nous partons ensuite en taxi vers le Wat Phra Kaeo, qui enferme dans ses murs le fameux Buddha d’émeraude, ainsi que le Palais Royal. Il y a foule et nous devons “louer” un pantalon et une chemise, car nous sommes trop découverts pour visiter les temples. L’ensemble de bâtiments est magnifique et grandiose. Mais le nombre de touristes gâche un peu l’ensemble. Personne ne prend la peine de regarder les infrastructures, les finitions pourtant incroyables des temples et palais. C’est à celui qui fera le plus de photos. Cette ambiance nous pèse un peu et nous accélérons le pas. 

Une heure plus tard, nous sortons de l’enceinte du Palais pour nous diriger vers le marché aux amulettes, le Tha Phra Chan Market. Des médailles, des pierre, des Buddhas et autres talismans emplissent les étals. Les fidèles examinent scrupuleusement  chaque objet, à la loupe, avant l’achat. Les Thais ne plaisantent pas avec la religion !  
Nous arrivons ensuite sur un marché alimentaire, près du fleuve. La faim se fait sentir et nous décidons de nous attabler dans un boui boui qui nous sert du porc et un plat végétarien pour moi. Nous nous offrons quelques fraises sucrées pour le dessert. 

Nous poursuivons ensuite notre route, à la recherche du quai pour traverser le fleuve Chao Phraya. Le Wat Arun est le dernier monument que nous souhaitons visiter aujourd’hui. De style Khmer, il est assez imposant. L’ascension du temple est difficile, il faut maîtriser son vertige. Les marches sont très hautes ce qui déclenche quelques fous rires entre les touristes qui galèrent à monter jusqu’au second étage. L’effort est récompensé et le temple nous offre une très belle vue sur le fleuve et Bangkok. La descente est encore plus difficile et très raide. Nous traînons encore un peu aux alentours du temple avant de reprendre le bac qui nous ramène sur l’autre rive.



Nous souhaitons à présent prendre le bateau bus pour rentrer. Pas facile de trouver le bon quai, alors nous marchons. Beaucoup. On se perd dans les petites rues et tombons par hasard sur le marché aux fleurs. Les petites mains assemblent les fleurs de jasmin en collier, qui servirons aux fidèles à orner les temples. Nous trouvons enfin le bon quai. Le bateau est blindé (c’est l’heure de pointe) mais il est très agréable de se faire fouetter le visage par la brise causée par la vitesse du bateau. Car aujourd’hui, il fait encore une chaleur étouffante. 

Nous prenons ensuite le métro, direction le sanctuaire Erawan. Chris souhaitait en effet y jeter un œil. Il y a toujours autant de fidèles attroupés autour de le petite statue, malgré la nuit qui a enveloppé la ville.

Après cette petite pause, nos jambes sont une nouvelle fois mise à rude épreuve car nous décidons de marcher jusqu’au fameux quartier Patpong et son marché de nuit. J’y fais d’ailleurs ma première négociation et achète deux beaux sacs Thaïs ainsi qu’un sarouel. C’est épuisés que nous rejoignons notre hôtel. Nous préparons nos sacs pour quitter l’hôtel tôt le lendemain. 
Des bouts du monde, Voyages

Shopping et sanctuaire

Chris est parti pour deux jours alors j’en profite pour flâner et prendre mon temps. Je déambule dans les petites rues du quartier près de l’hôtel. J’aime observer les gens, leurs habitudes… Les marchands ambulants offrent un spectacle de chaque instant. Je m’arrête pour observer les plats qui dégagent une odeur délicieuse, j’achète quelques fruits frais en guise de repas et j’admire les sportifs prendre un cours de fitness dans la rue…
Je me perds dans les immenses centres commerciaux. Si le Siam Center est un véritable temple du luxe, le MBK est beaucoup plus abordable. C’est une  tentation de tous les instants tant les prix sont attractifs. Mais je laisse ma fièvre acheteuse de côté. En effet, mon sac est déjà bien plein et je ne peux pas me permettre de le surcharger. Je craque cependant pour un pantalon léger à 200 bats. Celui-ci sera bien pratique pour visiter les temples, les shorts étant prohibés.

Je m’aventure également vers une autre partie du quartier, vers le National Stadium. J’entre dans un supermarché local et oh surprise, cette fois, je suis la seule “blanche”. J’en profite pour déambuler dans les rayons et m’acheter quelques boissons et gâteaux pour mon petit déjeuner.

Les 38° me pèsent un peu et je passe à l’hôtel pour me rafraîchir.

Je décide ensuite de marcher jusqu’au sanctuaire d’Erawan, conseillé dans le Lonely Planet. L’odeur d’encens qui envahit l’air m’indique que je suis au bon endroit. Moi qui cherchais un temple, je suis surprise de découvrir ce lieu de prière en plein air, devant l’hôtel Hyatt et un centre commercial de luxe.  Dès l’approche, les vendeurs d’offrandes envahissement les trottoirs. Les vendeurs de loterie et d’oiseaux en cage ne laissent qu’un étroit passage pour rejoindre la foule dense qui s’active autour de l’autel. Peu de touristes non asiatiques sont présents et j’ai l’impression d’assister à quelque chose d’unique. Je me mets discrètement dans un petit coin pour observer les dévots sans les déranger. Il y a foule autour de ce sanctuaire construit en 1956 comme partie intégrante de l’hôtel Erawan (propriété gouvernementale), afin de conjurer le mauvais sort qu’on croyait causé par le fait d’avoir commencé les fondations à une date non propice.

Les croyants allument des bâtons d’encens, déposent des colliers de jasmin ou dorent la statue de Brahma à la feuille d’or. Elle étincelle sous le soleil et les reflets d’or m’hypnotisent. Une troupe de danseurs y fait des représentations presque continuelles pour honorer l’Esprit du lieu. Je regrette de n’avoir pas voulu m’encombrer avec l’appareil photo mais cela me permet de vivre l’expérience à fond et de profiter de cette animation continuelle. Le temple est en effet très fréquenté et les croyants ont bien du mal à trouver de la place pour accrocher leurs offrandes…
Ces deux jours m’ont donc permis de me fondre un peu dans la masse, d’observer et de flâner, chose que je fais rarement en voyage, faute de temps… 
Des bouts du monde, Voyages

Bangkok au pas de course

Nous nous réveillons vers 9h. Nous traînons un peu dans la chambre. Le décalage horaire fait des siennes. Nous sortons vers 10h30 en quête d’un petit déjeuner. Nous atterrissons au Starbucks pour un bon café et un muffin. 
Nous planifions notre journée et nous nous dirigeons vers le fleuve pour prendre un bateau bus. Nous trouvons l’embarcadaire mais nous sommes un peu perdus. Tout est écrit en thaï. Face à notre désarroi, un homme s’approche de nous pour nous expliquer. Ce charmant Irlandais connaît bien la ville et nous montre quel bateau prendre. Ce moyen de transport est très pratique et vraiment pas  cher.  Par contre, il ne faut pas se louper et se dépêcher pour monter, car le bateau ne s’arrête pas vraiment. Une corde et les passagers nous aident à monter à bord pour cette première fois. 
Le bateau nous dépose près de la Golden Mountain. Nous nous faisons naturellement alpagués par un chauffeur de tuk-tuk qui nous propose un tour pour 40 bats. Le prix, très bas, nous étonne beaucoup et nous le faisons répéter plusieurs fois, avant d’accepter. Car oui un voyage à Bangkok sans prendre au moins une fois le tuk-tuk, c’est pas drôle.  Malgré le bruit et la pollution impressionnante, c’est assez sympathique.

Nous visitons ainsi 3 beaux temples et passons devant le palace du roi, le zoo ou encore l’Assemblée nationale. Lors d’un arrêt à l’un des temples, nous rencontrons un Français, originaire de Solliès-Pont dans le Var. Décidément, le monde est petit! Il nous explique qu’une fois par an, le gouvernement met en place une semaine spéciale. Les produits de luxe comme les bijoux sont détaxés et les tuk-tuk ne prennent que 20 bats par personne. Ils touchent de leur côté de l’argent pour nous emmener à des points stratégiques, gérés par le Gouvernement. Donc en plus de nos visites, notre chauffeur nous emmène dans deux bijouteries gérées par l’Etat et chez un tailleur. Maintenant conscients de l’arnaque, nous jouons quand même le jeu.

Et bien sûr, nous avons chacun craqué pour un bijou : un bracelet pour Chris et une bague en saphir (une pierre qui est extraite en Thaïlande) pour moi. Rassurez-vous, nous avons pris les modèles en argent et laissons l’or 18 carats aux autres ! 
Comme par hasard, notre chauffeur nous fait un faux plan et ne peux pas nous déposer au Wat Pho. Il nous a emmené aux points stratégiques qui lui permettent de toucher de l’argent alors nous déposer à bon port ne l’intéresse plus vraiment… Malgré la chaleur étouffante, nous décidons d’y aller à pieds. Il est 15h passées et nous n’avons toujours pas mangé. Il faut dire qu’avec cette chaleur, c’est la soif qui l’emporte. Mais avant, nous décidons de grimper le Mont d’or, une colline artificielle qui offre une vue panoramique sur Bangkok, et quelques courants d’air plus que bienvenue.

Nous arrivons trop tard pour visiter le Grand Palais mais le Wat Pho est ouvert jusqu’à 18h30. Les touristes se pressent dans le premier bâtiment qui renferme le plus grand Bouddha couché. Après nous être débarrassés de nos chaussures et avoir revêtu un peignoir  (j’étais en short et il faut avoir les jambes couvertes pour pénétrer dans un lieu sacré),  nous entrons dans le bâtiment ou un Boudha de 46m de longueur sur 15m de hauteur nous toise de son sourire béat (il a atteint le Nirvana) ! C’est très impressionnant et magnifique.  Le Wat Pho renferme également la plus vaste collection de bouddhas de Thaïlande. Ce temple regorge de délicieux coins et recoins et il est très facile de s’écarter de la foule pour goûter au silence et à la beauté des nombreux bâtiments. 
Nous nous dirigeons ensuite vers le fleuve, en traversant un marché typique. Les parfums, parfois agréables, parfois déroutants envahissent nos narines. Nous ouvrons des yeux ébahis face aux différents plats et fruits et légumes, parfois inconnus, vendus aux locaux. 
Nous décidons ensuite de faire une petite croisière sur le fleuve en long-tail boat (1 heure de tour pour la modique somme de 13 euros pour deux). Nous sommes en plus seuls à bord. Cette excursion nous permet de passer devant plusieurs temples. Nous longeons également les habitations qui se situent en bord de fleuve. Certaines, en bois et en tôle, sont très sommaires alors que d’autres sont plus élaborées. Cela nous permet de voir un autre côté de Bangkok, plus pauvre mais également plus typique. L’heure passe très vite et nous apprécions le vent causé par la vitesse du bateau qui nous rafraîchit.

Nous retournons à l’embarcadère de départ (Tha Chang). Nous prenons un autre bateau bus, plus que bondé, pour rejoindre le quai Oriental. De là, nous prenons le métro jusqu’au Siam Center. Nous visitons un peu temple de la consommation, avant de rejoindre le MBK, qui se situe juste à côté de notre hôtel. Ce centre commercial gigantesque est une véritable attraction. On y vend de tout. Nous tournons un peu avant de trouver un petit restaurant de nouilles. C’est pas cher, mais pas terrible. Notre repas précédent acheté dans la rue avait plus de saveurs. Il est 21h, et tout ferme. Seuls le Starbucks (encore lui), nous propose un muffin pour notre petit dessert. 
C’est épuisés mais plus que satisfaits de notre première journée à Bangkok que nous rejoignons notre chambre d’hôtel. Nous sommes ravis de découvrir une nouvelle culture, de faire des rencontres sympathiques et de visiter des lieux chargés d’histoire. Et ce n’est pas une légende, les Thaïlandais sont vraiment très aimables, toujours prêts à nous aider en cas de doute ou de difficultés. 
Hâte de vivre la suite de l’aventure !

* Pour les photos, il va falloir attendre un peu car la connexion de l’hôtel mouline à fond…

Des bouts du monde, Voyages

Premiers pas en Thaïlande

C’est donc le coeur lourd arrosé de quelques larmes que nous avons rejoins l’aéroport de Paris Charles de Gaulle.  Nous sommes très en avance, notre vol état prévu à 21h. Mais cette fois, nous voulions éviter la mésaventure Seychelloise (rappelez-vous). 
Le premier vol à destination de Dubaï se déroule sans encombre. La compagnie Emirates nous donne une nouvelle fois entière satisfaction.  Après une escale de 3 heures à Dubaï, nous nous envolons pour Bangkok. 
Nous arrivons à 18h40 heure locale.  Nous perdons un peu de temps à la douane, car il y a foule. Et Ô miracle, nos trois bagages arrivent à bon port. C’est donc encombrés de nos gros sacs que nous prenons le Skytrain pour rejoindre le centre ville. Après deux changements de métro, nous arrivons à notre hôtel vers 20h30. Une fois le chek-in effectué et nos sacs posés, nous partons à la recherche de nourriture ! Les odeurs des brochettes grillés dans les rues et la vue des fruits frais nous font très envie. Nous découvrons donc la nourriture typique, peu chère et goûteuse  Les rues sont très animées et les vendeurs ambulants sont très nombreux. 
Nous prenons donc notre premier repas dans notre chambre. Une bonne douche bien méritée (il fait trèèèèèès chaud et humide) et dodo !