Tous les articles liés à

Irlande

Des bouts du monde, Voyages

Cliffs of Moher et balade dans le Burren

Après un sympathique petit déjeuner, nous nous dirigeons vers les fameuses Falaises de Moher. Il est encore tôt et les touristes ne sont pas arrivés. Nous hâtons le pas pour approcher les falaises. Malgré le vent, les vagues ne s’abattent pas aussi violemment sur les falaises qu’il y a 10 ans, lors de ma première visite.  Nous admirons ce paysage typique et majestueux. Les oiseaux, qui ont élu domicile au creux des falaises, tournoient au dessus de nos têtes.
Nous avançons vers la tour O’Brien, qui a été construite en 1835, au milieu des falaises par Sir Cornelius O’Brien pour offrir un point d’observation pour les très nombreux touristes qui venaient déjà sur le site. L’accès est bien sûr payant, alors nous nous contentons du point de vue extérieur.
Les touristes arrivent par flots et envahissent le site. Nous sommes attirés par une belle musique. Un harpiste joue des airs traditionnels irlandais et sa musique résonne dans ce paysage magique. Nous sommes comme envoutés et restons un long moment à l’écouter. Nous avons parfois l’impression d’être à une autre époque. Je n’ai pas encore beaucoup voyagé mais pour le moment il n’y a qu’en Irlande que je ressens cette sensation d’être ici mais ailleurs et de ressentir l’Histoire et les légende qui imprègnent cette terre. C’est assez difficile d’exprimer cela avec des mots, c’est un ressenti très fort. Je me suis toujours dit que je devais être Irlandaise dans une vie antérieure.
Après 2 heures passées sur le site, nous retournons sur les environs de Doolin pour nous balader dans le Burren qui offre des paysages lunaires incroyables. Ce désert de pierres qui s’étend sur des dizaines de kilomètres est vraiment atypique. Nous sommes en juin et des petites fleurs ont poussées entre les pierres, ce qui renforce la beauté du lieu. Nous marchons et tombons sur un groupe de Métal qui enregistre un clip. Ils ont bien choisi leur décor.
Nous retournons au port de Doolin et prenons les renseignements sur les bateaux pour les îles d’Aran qui nous avons prévu de visiter le lendemain. Nous reprenons ensuite la voiture direction le centre ville de Doolin. Nous voulons passer une après midi détente après la frénésie des premiers jours. Un salon de thé/disquaire avec un très beau jardin sera notre QG de l’après midi. Lecture, écriture de cartes postales…nous prenons notre temps.
Le soir, nous testons le Fitzgerald’s pub pour dîner. Nous goûtons enfin au fameux Irish stew, le tout accompagné d’une pinte de Guiness. c’est délicieux. Des musiciens jouent des airs irlandais pendant le repas. C’est joyeux, les touristes se mêlent aux locaux, le tout dans la bonne humeur. Nous décidons de nous faire plaisir et nous prenons de délicieux desserts bien caloriques. Mais c’est tellement bon !
C’est le cœur léger que nous rejoignons notre chambre pour une douce nuit de sommeil
Des bouts du monde, Voyages

On the road

Ce matin, nous quittons notre douillette maison d’hôte après un petit déjeuner royal. Chris a tenté le saumon fumé servi avec de l’irish bred.
Nous avons prévu plusieurs étapes avant d’arriver dans le conté de Clare. Nous nous arrêtons pour visiter le Dunguaire Castle, situé dans le Comté de Galway.  Nous nous contentons de la visite extérieur de ce majestueux château car nous n’avons pas envie de dépenser encore plusieurs euros. Il surplombe la mer et un petit village se trouve aux environs. Nous décidons de le rejoindre à pied. Le petit port est très mignon et nous avons du coup envie de profiter du beau temps. On commande donc deux bagels que nous dégustons dans un petit café, bientôt assailli par un car de touristes. Nous fuyons le plus vite possible tout ce monde. De retour à la voiture, nous faisons le point sur notre prochaine étape. Ce sera le Dolmen de Poulnabrone. Nous roulons en direction de ce monument réputé d’Irlande.
Très vite, les paysages changent et nous traversons à présent un désert de pierres. Pas de doute, nous sommes dans le Burren, dans le Comté de Clare. Le Burren est un ensemble de roches sédimentaires qui s’étend sur environ 300 km² dans une zone comprise entre les villes de Ballyvaughan, Kinvarra, Gort, Corrofin, Kilfenora et Lisdoonvarna.
Nous arrivons à destination. Le parking est presque vide. Un vent assez violent nous accueille et nous découvrons émerveillé le spectacle. Le dolmen est beau et majestueux. Nous le photographions sous tous les angles.
Nous nous dirigeons ensuite vers Aillwee Cave qui est l’une des grottes les plus vastes et les plus célèbres d’Irlande. Après le tour, nous sommes un peu déçu. L’entrée n’est pas donnée, le guide pas très sympa et la grotte décevante. J’ai été bien plus impressionnée par la grotte des demoiselles ou le Gouffre de Padirac. Nous reprenons donc la voiture direction la petite ville de Doolin où nous avons réservé notre second B&B.
C’est vers 18 heures que nous faisons connaissance avec nos hôtes. La chambre du rez-de-chaussée est très douillette et confortable. Grâce aux bons conseils de notre logeur, nous partons à la découverte Doolin, petite ville divisée en 3 parties. Nous prenons place dans l’un des 3 pubs de la ville pour dîner. C’est fatigués que nous inaugurons notre lit queen size douillet.
Des bouts du monde, Voyages

Visite et randonnée dans le Connemara

Programme chargé aujourd’hui. Après un très bon petit déjeuner, nous prenons la voiture direction la Kylemore Abbey. La fameuse abbaye se trouve sur une petite route et n’est pas très bien indiquée. Forcément, je loupe l’entrée et la pluie, pour la première fois depuis notre arrivée en Irlande, se met à tomber. Panique à bord, je ne suis pas du tout habituée à conduire sous la pluie. Après plusieurs kilomètres, je trouve enfin un petit terre plein pour faire demi-tour. Cette fois-ci, pas question de manquer l’entrée. Personne sur le parking. Il faut dire qu’il est encore très tôt. Nous attendons quelques instants à l’intérieur de la voiture que l’averse s’arrête. Nous nous dirigeons ensuite vers l’entrée du bâtiment. Quelle vue splendide. L’abbaye domine le lac et est entourée de verdure. Exactement comme dans mon souvenir (je l’avais visité lors de mon premier séjour).
Nous nous dirigeons vers le comptoir d’accueil pour payer nos 2 tickets d’entrée. Pour une fois, c’est moi qui me lance pour parler en anglais. Mais pas de chance, la charmante hôtesse de caisse est française et me repère à mon accent.
Nous visitons dans un premier temps l’intérieur de l’abbaye. Nous nous promenons donc dans les magnifiques pièces ouvertes au public. La pluie a cessé pour faire place à un magnifique soleil. Nous nous dirigeons sans plus tarder à travers le jardin, en longeant le magnifique lac, jusqu’à la chapelle du domaine. Le lieu est calme et très silencieux. C’est comme si nous étions isolé du monde, entouré de calme et de sérénité.
Une fois la chapelle visitée, nous prenons le mini bus qui nous emmène dans les jardins emménagés du domaine. En effet, les jardins victoriens et une partie des anciennes serres sont restaurés ; ils ont été refaits à l’identique d’après des plans de l’époque, en n’utilisant que des plantes utilisées dans les jardins de l’époque victorienne. Tout cela est magnifique et nous nous attardons dans ce lieu magique.
Il est temps à présent de repartir. Notre journée est loin d’être terminée. Nous conduisons jusqu’à un petit village pour acheter notre pique nique. Cet après-midi sera sportif. Nous nous dirigeons en effet vers le Connemara National Park.  A l’accueil, nous nous renseignons auprès de l’hôtesse sur les différents parcours. Le temps nous fait un peu peur mais on nous assure qu’il ne risque pas de pleuvoir, ou alors des petites averses. Nous trouvons des herbes hautes et confortables pour avaler notre déjeuner.
Nous nous attaquons ensuite à l’ascension du Diamond Hill (altitude 445m), accessible à travers des sentiers aménagés au milieu de tourbières. Cela ne nous semble pas difficile. Enfin ça c’était avant qu’un couple hyper équipé (chaussures de rando, bâton…) ne nous lance un joyeux « good luck ».  Je fais d’un coup moins la fière avec mes petites baskets en toile. A mi-chemin, nous faisons une pause. L’asthme me gagne et j’ai de plus en plus de mal à respirer avec l’altitude. Mais mes efforts sont récompensés. La vue est déjà magnifique. On ne s’attarde pas et on reprend notre marche plus motivés que jamais. le chemin devient de plus en plus difficile. C’est exténués que nous arrivons enfin au sommet de la colline. Nous nous posons pour admirer la superbe vue. Le ciel est dégagé et la pluie n’est plus une menace. Nous restons une bonne demi heure pour récupérer et reprendre des forces. Nous  nous attaquons ensuite à la descente. Beaucoup plus facile dans ce sens là mais si certains endroits sont très étroits et pentus. Nous prenons notre temps. Il faut dire qu’on est tellement bien, là, en pleine nature, seuls au monde. Les touristes sont en effet peu nombreux à cette période de l’année.
C’est donc fatigués mais ressourcés que nous achevons cette belle journée.
Des bouts du monde, Voyages

Traversée du pays

Aujourd’hui, nous entamons notre périple vers l’ouest du pays en passant par Dublin. C’est donc très tôt que nous rejoignons la gare de Belfast direction la capitale de la République d’Irlande. Quelle discipline dans cette gare. On se croirait presque dans un aéroport. Nous nous installons dans un train déjà bondé, en face d’un vieux monsieur. Fatiguée, je ne tarde pas à somnoler (les transports ont un effet berceuse sur moi). Après 2 heures de voyage, nous voilà arrivés à Dublin. Le centre ville n’est pas loin, nous décidons donc d’y aller à pieds. Mais très vite, mon côté râleur reprend le dessus : pas facile de se fondre dans la masse avec un sac à dos de 10 kilos. On décide de s’arrêter dans un Fish and chips pour se restaurer mais le problème des sac à dos revient sur le tapis : comment visiter une ville encombrés comme cela ? Pas de solution pour le moment. On se dirige donc vers la gare routière pour connaître les horaires des cars en direction de Galway, notre destination du soir. Et là mon oeil affuté repère…des consignes ! Youpi un problème de résolu, on peut enfin profiter de Dublin, sous le soleil s’il vous plaît.

Comme nous n’avons pas de temps, on décide de jouer les touristes à fond : bus à étage de visite pour arriver le plus rapidement possible aux endroits stratégiques de la ville. Nous faisons donc un premier arrêt au Trinity College, la plus ancienne université d’Irlande, qui renferme une magnifique bibliothèque et surtout le livre de Kells, l’un des plus somptueux manuscrits enluminés ayant pu survivre à l’époque du Moyen Âge. Malheureusement, nous n’avons pas le temps (et surtout pas envie de dépenser encore plusieurs euros) pour la visite. Nous remontons dans notre bus à touristes direction la Cathédrale Saint-Patrick. Là encore, la visite coûte 5 euros. Chris est un peu déçue, mais ce sera sans moi. Pas envie de dépenser ma petite bourse pour visiter des monuments, ce n’est pas le but de ce voyage. Nous rejoignons à pied la fameuse brasserie Guinness, envahie par les touristes. Dans notre guide, il est expliqué qu’un bar se trouve au 7ème étage. Nous n’avons pas le temps pour la visite mais nous sommes bien décidés à goûter une petite pinte. Et là encore stupéfaction : il faut payer 10 euros pour pouvoir monter au bar et à la boutique de souvenirs. Marre d’être pris pour des gogos, c’est un peu déçus que nous récupérons notre bus pour continuer la visite de cette ville agréable.
Il est l’heure pour nous de rejoindre la gare routière. Presque 4 heures de trajet pour rejoindre Galway, à l’ouest du pays. C’est un peu long, mais on arrive à s’occuper. Les paysages que nous traversons sont magnifiques et la campagne et le vert se font de plus en plus présents. C’est donc vers 22h que nous arrivons dans la charmante petite ville de Galway, sous la pluie. Nous trouvons sans difficulté notre auberge de jeunesse. La nuit fut agréable et sans bruit, un miracle. Nous nous levons une nouvelle fois de bonne heure pour aller explorer la ville. Elle ne m’est pas totalement inconnue puisqu’il y a 10 ans, j’ai logé dans la banlieue de Galway lors de mon premier séjour en Irlande. Rien n’a changé : les petites maisons de couleur, la rue commerçante accueillante, le King’s head (fameux pub vieux de 800 ans) est toujours là et la ville est toujours aussi sympa. Après un rapide tour de la ville, nous prenons notre petit déjeuner dans un coffee shop. Scones, muffins…on se fait plaisir. Nous repartons vers les berges et visitons la Cathédrale de Notre-Dame de l’Assomption et de Saint-Nicolas. On ne peut ensuite s’empêcher de faire une petite session shopping.
Je suis un peu stressée car en début d’après-midi, nous nous dirigeons vers l’aéroport de Galway, qui se trouve à 6kms de la ville, pour récupérer notre voiture de location. Pour la petite histoire, je n’ai pas conduit depuis 2 ans et demi et surtout, je n’ai jamais conduit à gauche ! C’est donc le ventre noué que je me dirige vers le comptoir Hertz. Une fois les formalités administratives accomplies, on m’indique ma voiture. J’ai le droit à une jolie petite Micra gris métallisée. Bon ben cette fois il faut que je me lance. Une fois les réglages fait, j’allume le contact. Bon ça va je ne cale pas et ne me tape pas la honte (pas encore). Nous devons arriver à notre B&B de Clifden avant 18h. Pas facile au début, je roule lentement, mais nous arrivons plus tôt que prévu à destination. Après avoir fait connaissance avec la propriétaire du Hillside Lodge, nous déposons nos affaires dans notre magnifique chambre digne d’un 3 étoiles. Il fait très beau, et ni une ni deux nous revoilà déjà dehors pour une ballade sur les bords de la beach road.
Nous sommes ravis d’être enfin dans le Connemara et nous respirons le bon air pur de la campagne. La vue est incroyable et nous savourons cet instant. Après une ballade de près de 2 heures et demi, nous arrivons dans le centre ville de Cliffden pour manger un bout. Nous sommes attirés par un pub d’où sort une musique irlandaise entraînante. Nous ne sommes pas déçus de notre choix : accueil chaleureux, nourriture très bonne et groupe de musiciens talentueux. On a enfin l’occasion de goûter la Guinness locale. Quel délice. Au diable les préjugés non la Guinness ce n’est pas fort ni âpre. Ce n’est pas tout ça mais la journée fut longue et il nous reste encore 25 bonnes minutes de marche pour rejoindre notre chambre. Extinction des feux. Le bon air, ça fatigue !
Des bouts du monde, Voyages

La Chaussée des Géants

Nous avons réservé une excursion à la Chaussée des géants en car, solution la plus avantageuse pour visiter la côte d’Antrim. A 9 heures tapantes, nous montons dans le bus entourés d’une cinquantaine de touristes du monde entier. C’est l’inconvénient des excursions organisées. Nous quittons donc Belfast sous un soleil magnifique. Qui l’eut cru après les averses de la veille. Nous nous installons confortablement tout en admirant le paysage par la fenêtre. A0 peine sortis de la ville, les paysages s’étalent et le vert, symbole de l’Irlande, se fait de plus en plus présent.
Après plus d’une heure de route, nous nous arrêtons quelques instants dans un charmant petit village pour prendre quelques photos et nous dégourdir les jambes. L’air est pur et frais et le beau temps toujours présent. on a hâte d’arriver à destination. Nous repartons direction cette fois la Bushmills Distillery, la plus ancienne distillerie officielle de whisky du monde. Elle a en effet obtenu sa licence officielle de fabrication de whisky en avril 1608.La visite, et donc la dégustation, n’est pas incluse dans notre parcours mais on s’arrête le temps de prendre quelques photos. On nous incite tout de même à passer par la boutique (ben voyons). Nous en profitons pour acheter une bouteille.
Après quelques kilomètres, nous arrivons enfin en terre promise. Il est presque 14 heures et la faim nous tiraille le ventre. Après un rapide repas, nous partons à pieds jusqu’à la fameuse Chaussée des géants (Giant’s Causeway en VO). Le site est inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1986 et se caractérise par environ 40 000 colonnes hexagonales verticales juxtaposées.
C’est donc sous le soleil que nous découvrons ce joyau de la nature. Tout excités, on escalade ces prismes de lave refroidie que nous avons vu 1000 fois en photos. Cette avancée dans la mer est impressionnante. Ce paysage recèle un côté magique et épique. Les falaises qui entourent la chaussée des géants ne mesure pas moins de 28 mètres et après avoir exploré la chaussée, nous nous attaquons à la falaise. Bon disons le franchement, nous ne sommes pas de grands sportifs (surtout moi) et se remettre à marcher et escalader me tire les jambes. Mais l’effort est payant et la vue depuis la falaise est tout simplement extraordinaire. Sans un mot, nous admirons le paysage à couper le souffle qui s’étend devant nous. C’est calme, reposant et on sent seuls au monde face à cette merveille de la nature. Ce n’est que le début du voyage, mais déjà nous vivons pleinement notre rêve irlandais.
C’est revigorés que nous rejoignons notre car pour nous rendre à quelques kilomètres de là, dans un endroit appelé Carrick-a-Rede. La curiosité de ce site est un Pont en cordon qui relie l’île de Carrick au reste de l’Irlande. Il mesure 20 mètres de longueur et est suspendu à 30 mètres au-dessus de la mer. C’est aujourd’hui un site touristique et il faut payer quelques euros pour le traverser. Si Chris s’y est aventurer, je ne me suis pas lancée par peur du vertige. Il faut dire que c’est assez impressionnant d’être suspendu comme cela au dessus de la mer. En attendant qu’il revienne, je suis montée sur l’une des falaises pour faire de jolies photos du paysage. La vue depuis l’île était magnifique. Heureusement, Chris a pris quelques photos.
Après cette excursion, notre chauffeur nous a arrêté au Dunluce Castle afin de prendre quelques photos. Retour à Belfast en passant pas la côté d’Antrim et ses paysages fabuleux.
C’est crevés mais heureux que nous repassons à notre auberge pour nous changer et ressortir dans Belfast. Nous ne pouvions en effet pas passer par cette ville sans jeter un coup d’oeil aux fameux chantiers navals Harland and Wolff qui ont construit le fameux Titanic en 1907. Le quartier des chantiers navals est en pleine réhabilitation et est devenue le quartier un peu hype de la ville avec ses lofts et son centre culturel important. Nous flânons sous le soleil jusqu’à découvrir les deux fameuses grues jaunes de la Harland and Wolff.
Après ce petit tour, nous rejoignons le centre ville où l’animation dans les pubs commence. Cela nous change de la ville déserte de la veille. En nous rapprochant du quartier de la Queen’s University, l’ambiance est de plus en plus festive. Que d’extravagance. Des filles déguisées en pompier ou infirmières très sexys, des bus boîte de nuit…cela rappelle Londres mais en un peu plus trash. On trouve un endroit pas cher (pas évident en Irlande) pour manger un bout et allons nous coucher. Demain, une très très longue journée nous attend…